Réflexologie pour les enfants

Sous-titre : La réflexologie ou viens découvrir les lignes de téléphone qui parcourent ton corps et que tu peux appeler depuis tes pieds.

Mon expérience : cela fait des années que j’enseigne la réflexologie aux enfants. J’ai remarqué un changement parmi eux. Au début de l’activité, quand je demandais quel était leur prénom et ce qui les avait poussés à venir passer deux après-midis avec moi alors que c’était les vacances, bien souvent j’entendais : c’est ma maman qui a voulu, ou même, je ne sais pas. Depuis quelques années, j’entends : on m’a déjà fait des massages – ma mère ou une de ses copines en fait – ma maman voudrait que je lui en fasse – j’ai un problème X de santé . C’est un vrai changement !

Résultats :

  • En général, l’activité se déroule dans une salle de classe. D’habitude, je ne mélange pas les âges. On ou je ne parle pas de la même façon à un enfant de 8 ans qu’à un enfant de 12 ou 15 ans, ces derniers étant considérés déjà comme des adolescents. Mais, on ne fait pas toujours comme on voudrait et finalement c’est enrichissant pour tout le monde. Je n’ai jamais eu de problème à cet égard, l’ambiance a toujours été agréable, aucun d’entre eux n’a trouvé à redire parce qu’il devait « travailler » avec quelqu’un qui n’était pas de son âge. C’est un succès !
  • L’autre succès, c’est qu’à la fin de l’activité tous les participants ont appris des choses sur leur corps et ont appris à être indépendants, en tous les cas dans le domaine de la réflexologie. C’est important de savoir qu’on peut faire des choses pour soi, quel que soit notre âge. Il est évident que ces enfants savent se lacer les chaussures, par exemple, mais ils n’ont pas assez conscience du fait qu’ils sont plus indépendants qu’ils ne le croient. Ce cours leur donne confiance en eux, eux pour qui le monde est si grand et dont ils dépendent tellement ; c’est un pas en avant vers l’indépendance.

Remarque : auparavant, l’activité se déroulait sur deux après-midis et on avait le temps de passer chez un pharmacien qui nous disait comment on composait une huile de massage, ou les enfants racontaient comment ils avaient pratiqué la veille. Puis, l’époque du zapping est arrivée… Les enfants ne veulent plus s’inscrire à des activités qui durent deux jours (deux après-midi) ou plutôt, les parents ne les inscrivent plus de cette façon. Il est sûr que lorsqu’on répète quelque chose, on l’apprend mieux. Tout le monde le sait, et pourtant…

Diapositive22

De la relativité des choses : c’est aussi un résultat, un succès pour moi ; les enfants apprennent qu’il y a une relativité.

En effet, il y a bien des façons de reproduire en images et par écrit les points de réflexologie. J’ai ma méthode, celle que j’ai apprise et que je me suis appropriée et celle d’autres personnes et elles donnent, toutes, des résultats. Cela peut laisser perplexe de savoir que l’on presse ici pour soulager une douleur et qu’une autre personne presse ailleurs pour la même chose et que l’effet soit le même ! On peut alors réfléchir et se dire qu’au tout début nous n’étions qu’une seule cellule et qu’elle s’est multipliée. Ce qui ne marche pas, c’est de presser n’importe où tout en sachant que ce n’est pas le bon endroit.

En BD : voici celle que mon ami, André Oppel, parti au ciel a fait pour les enfants quand il participait à mon activité :

Diapositive04
Commentaire, deux façons de procéder :
directement par courriel (voir contact sur ma page d’accueil) ;
si vous avez une plateforme WordPress, vous pouvez facilement ajouter un commentaire.

Cours pour activités extrascolaires

J’ai organisé des cours destinés à des enfants hors des périodes scolaires.

A ce titre, je collabore avec le « Passeport-Vacances pour les Jeunes de Neuchâtel et environs », lequel s’adresse aux enfants des écoles du littoral neuchâtelois, du Val-de-Ruz et du Val-de-Travers âgés de 8 à 15 ans. Il leur permet, durant deux semaines,à choix, lors des vacances scolaires estivales, de découvrir quantité d’activités dans différents domaines tels que jeux et spectacles, métiers et entreprises, nature et découverte, créativité et sports.

J’y participe depuis une quinzaine d’années avec :

  1. Des oiseaux à la maison ? ;
  2. La réflexologie ou viens découvrir les lignes de téléphone qui parcourent ton corps et que tu peux appeler depuis tes pieds ;
  3. Visitons les chambres du cerveau.

1. Des oiseaux à la maison ? Les oiseaux, comme tout animal, ont besoin de place et d’amour. Les enfants qui viennent chez moi voient une chambre où j’ai construit, avec l’aide de mon ami, une grande volière. Celle-ci permet aux oiseaux de passer à l’extérieur, où il y a une grande cage, au travers d’une ouverture dans la porte-fenêtre. Là, les oiseaux reçoivent la pluie si cela leur plaît, le soleil, le vent et ont des copains moineaux avec lesquels ils discutent. Je les vois aussi picorer la neige et il est arrivé que des oiseaux aient absolument voulu dormir sur le balcon en plein hiver, par -9° ! Je dis « aient absolument voulu », car quand je m’en suis rendu compte, j’ai voulu les faire rentrer, mais une fois que j’étais hors des parages, ils y retournaient. Finalement, j’ai compris. Les oiseaux ont très bien résisté.

Lors de ces activités, les enfants apprennent comment on prend soin d’un oiseau et par comparaison d’un petit animal à la maison, de quelle façon écouter et satisfaire ses besoins dans tous les domaines (social, affectif, d’habitat, etc.). Ils participent aux soins, préparent les assiettes avec la nourriture, changent l’eau des « piscines », remarquent le genre de branches qu’il faut pour que les oiseaux soient en bonne santé et lisent l’histoire de l’origine des canaris.

2. La réflexologie et les téléphones du corps : il m’a semblé que le temps était propice pour initier les enfants à mieux se connaître, à devenir plus indépendants, plus interrogateurs, à mieux dire comment ils se sentent.

Il n’y a plus besoin de présenter cette activité. Les enfants qui viennent ont, pour la plupart eu des massages, connaissent quelqu’un de la famille qui la pratique ou tout simplement en ont entendu parler. Dans mon atelier, ils apprennent à mieux faire des liens entre les différentes parties du corps.

3. Visitons les chambres du cerveau : c’est un autre prétexte pour mieux se connaître. Il s’agit d’aller visiter le cerveau que l’on imagine comme un palais plein de chambres et il y a tellement de chambres, que même un médecin n’arrive pas à les compter !

Le cerveau est un sujet permanent d’études et il semble que l’histoire de la spécialisation des hémisphères du cerveau (droit et gauche) ne soit pas réelle. En tous les cas, il y a des exemples, rapportés par des médecins, selon lesquels des gens qui ont eu un AVC, récupèrent leurs capacités, vivent de longues années et exerçant à nouveau leur métier, Il y a le célèbre exemple du poète et érudit catalan qui vécut aux États-Unis, Pedro Bach-y-Rita, qui a eu un AVC, est resté paralysé d’un côté et qui par des exercices physiques en une année récupéra ses capacités, a rejoué au piano, repris ses cours à l’université, s’est remarié et a vécu sept ans encore. L’autopsie de son cerveau a révélé qu’il n’avait que 3 % de connexions avec le tronc cérébral. Son cerveau endommagé n’avait pas changé, mais les 3 % restants s’étaient formidablement développés !

Diapositive17

Pour laisser un commentaire, deux façons de procéder :

  • directement par courriel (voir contact sur ma page d’accueil) ;
  • si vous avez une plateforme WordPress, vous pouvez facilement l’insérer au bas de cette page.

Liens vers :