Une princesse en détresse…

J’attendais Rogerl’ingénieur pour continuer une série de travaux dans mon studio de danse, studio un peu frais, car c’est une cave. Le soleil de ce mois de février m’a conviée dehors pour découdre une jupe héritée de l’Opéra de Bucarest que je voulais transformer pour l’une des danses de mon prochain spectacle. Je vais donc dehors.

Le soleil ensoleillant un endroit où je ne pouvais m’asseoir, je découds ma jupe debout et voilà qu’arrive par les « Escaliers des prisonniers » renommés « Escaliers de la Sorcière » un passant. En plaisantant, je lui dis qu’enfin je vais pouvoir demander de l’aide. Il me demande de quel genre et je lui montre en rigolant ma jupe. Il me dit au revoir. Mot un peu court, mais il n’y avait peut-être rien à ajouter.

Un passant romantique. Je continue à découdre ma jupe et apparaît un autre passant auquel je sers la même scène. Il me regarde et s’exclame « Vous êtes une princesse en détresse ! ». Je lui dis qu’enfin quelqu’un a tout compris. Je lui dis qu’en plus en face a habité un ami parti au ciel et que je me sens telle une Roméa en bas du balcon de son Juliet. Le passant dit qu’il n’a malheureusement pas de carrosse magique pour m’emmener au pays des.. Il ne trouve pas le mot et j’ajoute « des « rêves », mais qu’il me souhaite une excellente fin de journée. Je lui souhaite la même chose en me disant que ce pays des rêves est peut-être tout proche. C’est quand même beau de rencontrer des passants romantiques !

Liens vers :

De l’art de l’utilisation des épingles de sûreté = rangement en soi et ressources insoupçonnables à notre disposition

Une fois de plus, on retrouve Roger Peeters, l’ingénieur que je qualifie d’ingénieur ingénieux !

C’est bien vrai, ce n’est pas parce que quelqu’un exerce une fonction, un métier et qu’il est professionnellement qualifié qu’il est ingénieux, inventif, réfléchi. Roger est un ingénieur ingénieux.

C’est bien vrai aussi, nous avons parfois des ressouces au-delà de ce que nous croyons avoir.

Mes histoires s’imbriquent les unes dans les autres. J’ai eu l’idée de mettre des rideaux rouges comme fond de scène pour des danses à venir. Le temps que je retourne en Roumanie, que je trouve le bon tissu, que je confectionne les rideaux et que je trouve quelqu’un pour m’aider à les suspendre… a été long. Roger est intervenu dans la dernière étape. Mais, cela fera le sujet d’une histoire séparée. L’objet du jour, pour ainsi dire, est l’utilisation insoupçonable des épingles de sûreté..

Un rideau latéral des deux côtés. J’ai pensé à combler le vide avec des rideaux supplémentaires attachés avec des ficelles afin de pouvoir les enlever facilement lors du nettoyage général du studio. Roger s’est dit qu’il devait exister un système plus simple.

Il m’a demandé si j’avais des trombones, mais je n’en avais pas sur place.

Mes outils. Dans le studio, j’avais étalé mes outils et différentes autres affaires nécessaires à l’accrochage des rideaux et à la couture d’anneaux de suspension. Roger s’est approché de mes épingles de sûreté, en a pris une ainsi que la grande pince, a traficoté l’épingle, est monté sur l’échelle avec le rideau et en a accroché un bout sans peine à l’aide de l’épingle modifiée. Il m’a montré comment faire.

Les épingles de sûreté. Voici la tranformation :

Moralité : une épingle peut faire plus qu’une épingle tout en restant une épingle ! C’est-à-dire que l’espace entre les deux barres de l’épingle augmente et permet soit de saisir plus de tissu soit d’embrasser le diamètre d’un câble supérieur à ses capacités originelles – c’est le cas cette fois-ci. C’est ce qui est fabuleux. On pense qu’on n’a pas ce qu’il faut et finalement on a ce qu’il faut.

Système D. On parle du système D ou système de débrouillardise. Ce système fonctionne très bien dans des pays en voie de développement ou anciennement dans les pays de l’Est. C’était presque une norme dans ces derniers pays. Aussi, voir un Hollandais (Roger est hollandais) inventer des choses pratiques est étonnant. On peut dire que son métier l’aide, il est ingénieur en mécanique, mais je sais bien que cela n’explique pas tout ; il faut un certain esprit d’ingéniosité.

Il en va de même avec nous. Il semble que nous n’ayons à faire face qu’à des situations qui sont à notre mesure. Néanmoins, il arrive que nous nous trouvions dans des situations qui semblent nous dépasser, mais tout à coup une solution simple et limpide apparaît. Nous ne nous sommes pas transformés, nous ne sommes pas entrés dans l’habit de quelqu’un d’autre, nous avons simplement eu une éclaircie dans notre esprit et nous trouvons, à l’instar de l’épingle, à faire plus qu’on ne l’avait cru.

La relation avec les autres est toujours porteuse de leçons. Cela me rappelle une leçon de vie d’un de mes autres maîtres de ballet, Maître Oprea Petrescu, un jour que je lui posais une question il m’a dit : tu peux apprendre quelque chose de tous les professeurs de danse, même du pire, car tu apprendras au moins à ne pas faire comme lui. C’est une leçon de vie que je porte en moi et que j’ai transposée à tous les domaines.

Merci Roger et merci Maître Oprea Petrescu !

Liens vers :

@3m.ossature – témoignage différent

S’il y a une constante qu’on trouve partout, c’est que nous sommes tous différents.

J’ai beau être rompue à toute sorte de réactions, il y a en toujours d’autres qui arrivent et il faut veiller à ne pas imposer son point de vue.

Dans le cas présent, tout a fonctionné jusqu’au terme de l’exercice. J’ai ensuite demandé à la personne avec laquelle je travaillais de fermer les yeux et d’écouter son corps, d’entrer en lui et de me dire ensuite ce qu’il avai ressenti et vu. Réponse : c’est agréable, cela me donne chaud, je me sens relaxé.

Je demande encore une fois d’entrer dans le corps et de me dire ce qu’il y voit, entend. Il ne s’agit pas d’imaginer volontairement, mais d’aller à la rencontre de ce qui apparaït. Réponse : rien.

C’est alors que ma surprise a été grande. J’ai déjà entendu toute sorte de descriptions : lumières, formes, images ; une fois il y a eu une personne qui m’a dit que ses os étaient pleins de formules. Pourquoi pas, c’est une façon de voir. De toutes façons, nous ne sommes qu’information, alors les formules entrent dans le compte. Dans le cas présent, un peu maladroitement je redemande encore une fois et là, c’est là qu’est arrivée la surprise : « Rien, c’est le vide, je ne pense à rien, plus à rien et je me sens bien. »

Je finis par comprendre. Il y a des gens qui voient des choses, d’autres qui les sentent, d’autres qui ont besoin du vide parce que dans leur vie de tous les jours des idées compliquées sont là.

Je n’avais pas encore rencontré ce cas et je ne peux que remercier cette personne car sa réaction vient compléter tout un rayon de ma bibliothèque de réactions. J’ai quand même été un moment dans une sorte de vide, vide différent du sien et c’est cela qui est amusant. Finalement, j’ai compris et la personne a compris que je l’avais comprise. Morale d’un ancien collègue d’études : « Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles ». Vous, cher lecteur, avez certainement eu aussi comme collègue d’études Voltaire !

Liens vers :