@3m.ossature

Le titre du cours peut faire penser à l’informatique et c’est en quelque sorte le cas ; en effet, d’une seule « touche », soit d’une seule percussion sur le corps, d’un mouvement ou d’un mot (son), on met en jeu les muscles (d’où 3 m : mouvement, mot, muscles), tendons, ligaments ; ces trois derniers étant liés aux os ou ont des répercussions sur eux. En provoquant des résonances sur ces derniers, en les dynamisant, on va en fait agir sur le reste du corps.

On agit sur le reste du corps parce que les fascias, qui sont une interface des plus intéressantes – on les trouve partout dans le corps – aident à le maintenir uni. L’os reste solide avec ses minéraux, mais sa couche extérieure, le périoste, est un fascia et en dynamisant l’os, on dynamise le fascia qui va répercuter aussi les résonances. C’est l’un des sujets de discussion du cours.

Le contenu de 3m@ossature s’inspire de la méthode des chaînes GDS (Godelieve Denys-Struyf). Cette dernière était portraitiste et a beaucoup observé les gens. Elle s’est rendu compte que selon la façon dont les gens se tenaient et bougeaient, le corps prenait telle ou telle position et qu’en conséquence, la morphologie du corps changeait. Pus tard elle a établi des liens avec la façon dont ils géraient leurs émotions et leur vie en général. Elle a eu l’intelligence de voir que les muscles étaient liés entre eux et composaient six familles de muscles. Elle a inventé sa méthode des chaînes musculaires et articulaires. Et là, on arrive aux os, structure du corps.

Si le véhicule qui nous permet de sentir, de bouger, de nous exprimer dans ce monde est le corps, ce sont les os qui en sont la structure. En fait, le corps tient par les os et les fascias. Et si un os est mal placé, si un muscle tire à un endroit, si un mot nous heurte ou nous rend heureux, c’est tout le corps qui est touché. Car, au fond, le corps est comme une équipe, une famille où si l’un de ses membres est stressé ou heureux, les autres membres de l’équipe ou de la famille le sentent et agissent ou, plutôt, réagissent. C’est un tout.

Les résonances se créent par tapotements ou percussions sur les différents os et, par le jeu de l’imaginaire, on pénètre dans notre corps qui nous raconte comment il se sent et de quoi il a besoin. Le principe une fois assimilé, la pratique prend une vingtaine de minutes ; on n’a pas besoin de matériel spécial et les percussions et tapotements peuvent se faire debout, assis ou couché. Ils peuvent servir d’échauffement avant des activités sportives.

En ce qui concerne les chaînes musculaires et articulaires, je vais en formation continue chez le Dr Benoit Lesage à Jougne, près de la frontière suisse-française. Ci-dessous, vous avez le lien vers sa plateforme professionnelle (IRPECOR).

Liens vers

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s