@3m.ossature : cours au Jardin botanique

C’est la première fois que je donne ce cours hors de mon studio. Je suis en quelque sorte « en tournée ».

En tournée. On le sait, on part en tournée et il faut préparer ses bagages.

Le squelette « Essence », des planches d’anatomie, des balles, l’ordinateur, l’appareil photo, et encore deux ou trois choses.

Sac Grishko.

Évidemment, le sac Grishko (j’ai connu Grishko à ses débuts à Moscou et il a été le fournisseur des chaussons de danse de mon école pendant des années), noir, est sur fond noir. Mais, l’imporant est qu’il est suffisamment grand pour que j’y mette tout mon matériel.

Traversée de la ville. Je n’ai donc eu que deux choses à porter, le sac et Essence, lorsque j’ai traversé la ville pour prendre le bus, les adultes se sont retournés pour me regarder porter mon « auxiliare », il en a même eu un qui a fait semblant d’être effrayé et les enfants ont souri. Je me suis aperçue que je n’étais pas invisible ! Le chauffeur de bus ne m’a pas fait payer deux places. Quelle aubaine !

Douze personnes. Je m’installe sur la terrasse du Jardin botanique est accueille peu à peu les participants. C’est une chance d’avoir du monde un samedi après-midi alors que les activités s’ouvrent partout et qu’on est au début du printemps avec les jardins qui demandent des soins. Je connaissais une seule personne ; je l’avais rencontrée en ville il y a quelques jours et elle m’avait demandé où presser dans la main pour soulager un mal de dos. Je lui montre et lui parle du cours. Elle se présente avec une amie. Je demande aux dix autres personnes comment elles ont su qu’il y avait le cours. C’est l’annonce du journal de la Ville, appelé avant « Vivre la ville », baptisé aujourd’hui « N+ ». et que vous trouvez ici. Je suis contente que le travail de la journaliste soit si bien récompensé, car les participants sont tous remarquables.

Treize à la douzaine. Au moment où j’ai compté les participants, douze, une participante a compté et a dit « treize » ; j’ai répété « douze » et elle « treize ». Une autre participante a dit « Treize à la douzaine ! ». C’est une si jolie expression qu’elle m’a mis le sourire aux lèvres. Comme pas grand monde en connaissait le sens, j’ai expliqué que du temps des arrière-grands-parents lorsqu’on achetait douze pains, on en recevait treize, mais pas seulement le pain. En cherchant sur la Toile, elle daterait du xiiie (*) siècle où le roi Henri III a instauré la loi « The Baker’s Dozen », la douzaine du boulanger. Le pain était un bien de première nécessité et les boulangers, voulant économiser la farine et donc faire des profits, faisaient les pains plus petits (je me demande s’ils n’ont pas laissé des héritiers dans nos commerces…). Les boulangers ont été obligés d’en donner 13 lorsqu’on leur en achetait 12. J’aime le français et voilà que les résonances osseuses font résonner le français ! Alors, 12 ou 13 ? Simplement, la participante a compté treize personnes et moi j’ai dénombré douze participants, pour elle, je faisais partie du groupe et c’est aussi très joli.

Le cours au Jardin botanique. Je me trouve donc avec douze personnes avec des parcours de vie différents, car on peut aussi avoir un même parcours mais des vécus différents. Exemple : même famille, même parcours, mais des membres totalement différents parce que chacun vit les choses à sa façon. Le point commun, fort prononcé, de ce groupe est celui de trouver des solutions pour le corps bien que le seul monsieur présent ait souligné qu’il accompagnait sa partenaire de vie. C’est beau de partager sa vie avec quelqu’un qui vous suit. Le participant a précisé qu’une fois c’était lui et l’autre c’était elle. Quand même, on l’a entendu s’exprimer bien des fois pendant la séance, il a été très présent !

Le rôle de la pensée. Il est primordial. Si dans mon cours on crée des résonances dans les os et autres tissus du corps, le verbe et avant lui, la pensée vont avoir un effet sur nous. C’est la façon dont nous vivons tel ou tel événement que notre corps va en garder la trace. Nous sommes tous différents et nous vivons tous de façon distincte les émotions, les nouvelles, les amours, etc. Dans le système énergétique chinois, les os correspondent aux idées. Ce n’est pas étonnant, les os correspondent à la structure, l’architecture du corps et nos idées… je vous laisse finir la phrase.

Être positif. Bien des personnes pensent qu’il faut être positif et ne voir que le positif. S’il est vrai qu’il vaut mieux pour le corps être optimiste que pessimiste, ce n’est pas tout. Une chose c’est une décision mentale et une autre un vécu, un ressenti, un accord « esprit-corps ». À ne pas confondre avec le positivisme du philosophe Auguste Comte qui cherche des réponses scientifiques aux questions naturelles et sociales.

Pendant le cours. Dès le début de la séance, la plupart des participants ont ressenti un picotement, une légèreté dans la partie percutée. Deux n’ont rien ressenti du tout. Cela ne fait rien, les percussions jouent leur rôle. Au moment où on aurait dû s’asseoir par terre afin de faciliter certains mouvements et surtout relâcher des tensions dans le corps, j’ai dit « flûte ! le sol… je n’ai pas fini ma phrase qu’une participante voit des coussins. Ah ! que je la remercie. J’avais vu « un tas », ou « des tas », mais comme ils étaient sous platique, je ne les avais pas identifiés et j’étais occupée à d’autres choses. Bref, on a pu se mettre par terre, et chacun a trouvé « son truc » pour être confortable. Là, les ressentis ont été plus forts et variés ; les uns avaient une sensation de fraîcheur, d’autres de la chaleur, de la légèreté, un flottement, ou simplement un bien-être.

À un moment donné, on a travaillé à deux et afin de montrer à l’une comment on massait le dos pour entrer en contact avec lui, la personne massée m’a dit de presser moins fort. Elle a dit une phrase pour qualifier son état de santé que je lui ai suggéré de remplacer par « Je suis tout en délicatesse ». C’est tellement plus joili et surtout cela ne renforce pas un état dit de faiblesse.

Au fur et à mesure des percussions faites, les ressentis ont été plus présents, même ceux qui n’ont rien ressenti au début ont eu un état plus léger et agréable dans le corps.

On a aussi rigolé. Comme on a fait un peu de réflexologie (des points en relation avec d’autres parties du corps), le participant raconte une blague : « Un patient dit au docteur, quand je me touche avec ce doigt ici, j’ai mal, ici aussi j’ai mal, là encore j’ai mal. Le patient est très inquiet. Le médecin prend le doigt, l’ausculte et dit ‘ Vous avez le doigt cassé’ « . Ce n’est pas si anodin que cela si on y réfléchit. On a eu d’autres moments où on a bien rigolé par les remarques ou ressentis des un et des autres, mais ce sont des choses du moment.

Fin du cours. C’est le monsieur qui prend la parole et qui me dit qu’il n’a pas ressenti quelque chose de très spécial, mais que je lui avais donné beaucoup d’énergie et de sérénité (il faudra que je lui demande les mots exacts). Bien sûr, j’aurais aimé avoir ce pouvoir, mais je ne l’ai pas. Mon cours traite de résonances et ce qui a résonné en lui c’était ce que je dégagais à ce moment-là, il a reconnu quelque chose qui était en lui mais qui ne pouvait sortir ou, si on prend une autre grille de lecture, je lui ai rappelé un moment où il s’est senti ainsi. De toutes façons c’est quelque chose qui lui appartient, je n’ai été que l’intermédiaire. On a toutes les solutions en nous.

Et encore. Ce qui les a marqués, c’est d’avoir appris des choses sur le corps et la façon d’agir en plus d’avoir une méthode rapide qui fait du bien. Les participants ont aussi aimé mon ton posé et le fait que lorsqu’on ne sait pas quelque chose, on ne fait pas des suppositions. Une participante m’a demandé si à l’une de ses connaissances, qui avait je ne sais plus quoi, elle devrait lui dire de pratiquer la méthode. J’ai simplement conseillé de parler de son expérience, si le moment se présente, et si la personne montre un intérêt et demande à en savoir plus, alors oui, autrement ce n’est pas la peine. Lorqu’on n’est pas prêt à entendre une chose, on n’est pas prêt, on se sent envahi.

Remerciements au Jardin botanique et à son directeur, M. Blaise Mulhauser. Sans son ouverture d’esprit et son accueil chaleureux, je n’aurais pas pu transmettre des choses qui peuvent apporter une connaissance de soi et un savoir utile aux personnes qui m’ont fait confiance pendant le cours ; je considère cela comme un privilège. Je le dis souvent, nous ne sommes rien sans les autres.

(*) Le logiciel de ma plateforme ne connaît pas les petites capitales, lettres avec lesquelles on doit écrire les siècles. Voilà l’explication du xiiie siècle.

Si vous désirez laisser un commentaire, deux façons de procéder :

  • directement par courriel (voir contact sur ma page d’accueil) ;
  • si vous avez une plateforme WordPress, vous pouvez facilement l’insérer au bas de cette page.

Liens vers d’autres articles :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s