Iossif Leonidovitch Prout. Réserves. La notion de réserve. Rencontre particulière 16.2

J’ai un rapport particulier avec le russe, c’est une langue qui me fait fondre. Aussi c’est avec un plaisir certain que je me suis efforcée de faire la traduction de mon texte. Je ne cache pas que la traduction en ligne aide énormément. Je remercie ce service.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est d09fd180d183d182-d182d0b5d0bad181d182.jpeg

La notion de « réserves » est plutôt du domaine financier dans notre société. Mais, dans les pays de l’Est, elle faisait partie de la vie quotidienne. Il n’y avait pas toujours des produits dans les magasins et il fallait profiter quand il y avait des arrivages. Là, on faisait la queue. Elles étaient souvent longues. D’ailleurs, on ne sortait jamais de la maison sans un sac à provision pour le cas où. Maintenant que la pandémie est arrivée, ceux qui ont vécu dans ces pays se retrouvent dans un paysage quelque peu familier. Voilà un avantage d’un inconvénient ! Les épreuves sont bien souvent salutaires. C’est d’ailleurs cette expérience qui m’a fait proposer un cours où je donne des exercices qu’on peut pratiquer pour notre santé et qui évitent les énervements inutiles lorsqu’on doit attendre notre tour dans un magasin.

C’est aussi une notion qui fait partie de la vie quotidienne de l’armée. Il est nécessaire d’être prévoyant et se limiter à ce qui est vital.

Iossif Leonidovitch Prout, 1986. Je l’ai rencontré lorsque je suis allée à Moscou suivre un cours de russe. Un soir, notre groupe d’étudiants est allé écouter une opérette, Catherine, et on m’a présenté l’auteur du scénario : Iossif Leonidovitch Prout. Il était dans sa loge. Nous sommes devenus proches. Ce n’était pas difficile, il avait une ouverture d’esprit peu commune et aimait les artistes.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est prout.1003.jpg

Voici la première page du programme avec son autographe en tant qu’auteur du scénario accompagné de celui du régisseur de l’oeuvre.

La notion de réserve. Prout, qui m’a été présenté en tant que général de l’Armée soviétique et en tant qu’auteur de scénarios de divers genres, m’a immédiatement adoptée. Je reviendrai sur ses fonctions. Nous avons parlé de bien des choses, de son entrée en Pologne après la défaite des Allemands aux côtés du maréchal Joukov et de diverses autres personnalités qu’il avait côtoyées. Mais, ce qui m’a marquée, encore aujourd’hui, c’est la notion de « réserve ». J’ai quelques leçons de vie que j’ai apprises de façon consciente et celle-ci en est une. Il m’a dit qu’il avait dans ses tiroirs des scénarios de divers genres selon ce qui se présentait. Il a précisé « il faut toujours avoir des réserves  » ! C’est une notion éminemment stratégique. Je revois le moment et son bureau. J’entends aussi sa voix et la puissance qui se dégageait de sa personne. Cette notion a fait son chemin en moi, car je n’ai pas toujours eu les moyens de m’offrir ceci ou cela, et lorsque l’occasion se présente, je fais des réserves. Bien souvent, je pense à lui. Je ne suis pas aussi stratège que lui, mais peut-être que lorsque je prends des virages dans ma vie c’est aussi une certaine stratégie, pas toujours consciente, qui me guide et qui s’approche de l’intuition. Je suis quelqu’un qui fait les choses par plaisir plutôt que par prudence, calcul, obligation. La vie n’est pas toujours semée de fleurs, mais je trouve toujours du plaisir, des symboles qui me nourrissent.

Au début des années 1990. Je suis retournée à Moscou et j’ai rendu visite à Iossif. Nous sommes allés dans un magasin qui vendait des chaussons de danse. C’était en été et j’avais des sandales, je ne portais pas de chaussettes. Je ne sais plus si j’avais pensé acheter les chaussons avant qu’on sorte de la maison ou pas, mais le fait est qu’au magasin il fallait essayer les chaussons et que je n’avais pas de chaussettes. Mon général a enlevé las siennes et me les a passées. Je revois aussi le moment où il a enlevé sa première chaussette et qu’il me l’a donnée. On n’a pas échangé de mots, cela s’est fait d’une façon très naturelle, comme si on répétait une scène de ses scénarios. J’ai ainsi acheté une bonne quantité de chaussons. J’en ai encore. Voici un échantillon.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est chaussons-tout.jpeg
Une danseuse se doit de pouvoir broder ses chaussons pour les réparer. À propos de ces chaussons, ils sont magiques. Je n’ai jamais eu mal aux pieds avec eux et, surtout, j’étais tout de suite sur pointes. Explication pour ceux qui n’ont jamais porté des pointes : il faut souvent « triturer » les chaussons pour qu’on puisse monter dessus. Je vais traiter le sujet un de ces jours. Le fait est qu’avec eux, il ne fallait pasfaire grand-chose. Ils ont été faits pour moi !
Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est prout.1001.png

Iossif Leonidovitch Prout en portrait. Le voici !

Il dégageait une force qui était pleine d’amabilité avec quelqu’un qu’il aimait bien, de respect et de distance quand il le fallait avec d’autres personnes et de quelque chose de plus qui inspirait l’exécution de ses ordres sans discussion à d’autres moments. Il se tenait très droit et avait un ventre d’une solidité à faire pâlir les hommes qui font des abdos dans les gymnases.

Son ventre. Iossif Prout m’a montré un exercice qu’il faisait tous les jours : avec deux doigts d’une seule main, il soulevait une chaise. Il m’a fait toucher son ventre et on aurait dit du caillou, plusieurs cailloux alors qu’il avait dépassé les 90 ans ! Il m’a aussi montré comment me défendre si quelqu’un venait à m’attaquer.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est iossif-prout-1.2.jpeg

Un petit mot derrière sa photo. Voici ce qu’il m’a écrit derrière la photo du haut qu’il m’a envoyée par la poste.

Il ne faut pas le prendre à la lettre. Lorsqu’on parle en russe, il y a pleins de mots chaleureux, amicaux qu’on n’utilise pas en français de la même manière. Lorsque je rencontre mes amis russes, des mots d’amour fleurissent à tout bout de champ. Prout parlait le français très bien puisqu’il avait fait ses études en tant que jeune garçon en Suisse, mais ce qu’il a voulu dire ici c’est que nous nous entendions très bien, au point de me passer ses chaussettes. Sans plus !

Des anecdotes. Je n’ai malheureusement pas tout retenu et n’avais jamais pensé écrire sur Prout, mais ces temps-ci, je pense souvent à lui, aux leçons que j’ai apprises dans ma vie et c’est ma façon de le remercier :

  • Picasso. Prout rencontre une fois Picasso à Paris. Il lui dit qu’il a vu à Moscou un tableau signé Picasso mais qu’il ne l’avait pas acheté parce que c’était un faux. Tu es un idiot, Prout, lui répondit Picasso. Si tu l’avais acheté, j’aurais écrit dessous « ceci n’est pas un Picasso », j’aurais signé et tu aurais eu un Picasso !
  • ceci n’est pas une anecdote, mais il avait donc côtoyé des personnalités du régime soviétique, tout en haut de la pyramide et disait qu’il regrettait de ne plus avoir le temps de raconter d’autres versants de l’Histoire ;
  • il est venu me rendre visite à Neuchâtel deux jours et je lui ai fait à manger. J’avais vu chez lui qu’il y avait sur son assiette des betteraves rouges et donc je lui en ai préparé. Lorsqu’il les a vues il m’a dit « j’en mange déjà assez chez moi »!
  • Prout avait chez lui des tableaux et des dessins de gens célèbres et il m’a commandé un tableau. À l’époque, je faisais des tableaux du genre de celui qui figure plus bas. Lorsque je le lui ai apporté, il a dit : mais il n’y a pas la couleur du peuple ! Je suis restée une seconde suspendue au temps et finalement, j’ai compris que je n’avais pas mis de « rouge ». Il a quand même trouvé une place pour mon tableau ;
  • il était reconnaissant à Nikita Khrouchtchev, car ce dernier avait ouvert les frontières et Prout avait pu renouer les relations avec la Suisse et sa famille par alliance.
Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est lepechinskaicc88a-photo-site.jpeg



  • Olga Lepechinskaïa. J’étais en visite chez Prout lorsque je lui ai dit que j’aurais voulu m’entretenir avec la célèbre danseuse des années 1950. Ni uni ni deux, il lui téléphone tout de suite. Malheureusement, elle était malade et j’ai chargé mon ami Prout de lui faire signer un autographe. Il avait ses entrées chez elle et m’a apporté l’autographe à la maison ! Le voici :

Lorsque j’ai présenté Iossif à feu mon ami André Oppel, vers le milieu des années 1990, lorsqu’il est revenu en Suisse, je le lui ai introduit en tant que général et il s’est empressé de préciser qu’il n’était pas seulement cela. Il était aussi venu pour que ses oeuvres artistiques soient plus mises en valeur. En cherchant des informations sur la toile, je vois qu’on dit qu’il n’était pas général. Cela n’a pas d’importance. Il a fêté ses 90 ans au Bolchoï, il était un personnage connu et j’ai porté ses chaussettes !

Pour laisser un commentaire, deux façons de procéder :

  • directement par courriel (voir contact sur ma page d’accueil) ;
  • si vous avez une plateforme WordPress, vous pouvez facilement l’insérer au bas de cette page.

Liens vers :



VisibilitéPublierFormat de publicationÉpingler en haut du blogAuteurActiver le format AMP25 révisions

Slug de l’URL

La dernière partie de l’URL. Lire à propos des permaliens(ouvre un nouvel onglet)

Voir l’article

https://lemondedezully.com/2021/01/07/iossif-leonidovitch-prout-reserves-la-notion-de-reserve-rencontre-particuliere-16/(ouvre un nouvel onglet)

Rechercher dans les catégoriesMes histoiresQuestions sociales – Réflexions diversesRencontres particulières@3m.ossature@articulations – jouons avec elles@les articulations-jouons avec ellesActivités artistiquesActivités avec le Passeport Vacances – NeuchâtelActivités extrascolairesActivités mineures mais complémentaires aux autres.ArticlesArticles « célibatairesAtelier de mouvement pour le corps et l’espritAutresCave perdue – studio Zully SalasContesCoutureCulture neuchâteloiseDanseDanse classique personnaliséeDépart au cielDe la poésie dans le monde de ZullyHistoires d’entreprisesIleana IliescuLa valse comme chemin de vieMaquillage fantaisieMasques ornementauxNon classéPhotos KnutPhotos par ZSQuestions socialesRéflexologie pour sportifsRévision de textesSantéZully

Rédiger un extrait (facultatif)En apprendre plus sur les extraits manuels(ouvre un nouvel onglet)

Autoriser les commentairesAutoriser les pings et les rétroliens

  • Article

Zully photographie des jambes.4 – un homme

Quand on va au marché de la ville, on a des surprises. Je regarde par terre, agrandis mon champ de vision et tombe sur deux chaussures absolument remarquables. Je demande au propriétaire si je peux les prendre en photo et, très élégamment, il accepte. C’est un plasir de savoir que des chaussures élégantes sont portées par un homme aux manières élégantes !

  • Quelles belles chaussures vous avez !
  • Merci, je trouve qu’il faut faire un effort. Je vois peu d’hommes élégants ici (le propriétaire des chaussures a un accent étranger). J’ai vu quelques hommes élégants à Paris, mais surtout à Florence.
  • C’est vrai, l’élégance se perd. Avant, lorsque j’allais à Paris, on reconnaissait tout de suite les Parisiennes. Aujourd’hui, les jeunes ont une mode…
    • Nous sommes interrompus par l’un des vendeurs du marché qui n’arrive pas à croire que ma demande au sujet de la photo des chaussures se soit transformée en une séance-photo. De toutes façons, j’étais pressée et devais partir. C’est maintenant que je fais la composition que je me dis que j’aurais encore pu prendre telle ou telle photo…

Liens vers :

Au sujet de mes activités

Mes activités... elles sont nombreuses et cela m’a quelques fois joué des tours. Les gens sont parfois ainsi faits qu’ils ne pensent pas qu’une personne qui est économiste puisse aussi être artiste ou l’inverse. C’est ainsi que l’on m’a conseillé, lorsque je postulais à un endroit ou à un autre, de ne pas mentionner ceci ou cela. Mais, vous le savez, l’histoire change, la roue tourne, la société évolue, involue… Je pense que le principal est de rester soi-même. Cela n’exclut pas le changement, les prises de conscience, mais se présenter dans des chaussures qui sont trop étroites pour vos pieds…

Alors, comment les présenter ? Si on fait une liste, comme dans le menu déroulant de ma page d’accueil, il faut toujours mettre quelque chose en premier et le dernier aura l’air… de dernier ; or, toutes mes activités sont également importantes. Je ne les pratique pas toutes tous les jours ni tout le temps. La vie s’est arrangée pour qu’elles glissent comme des vagues les unes sur les autres. De plus, si je leur accorde la même importance, je les fais avec le même plaisir et toujours dans le but de rendre service. Je n’ai pas le sentiment de désirer une vague plus qu’une autre, simplement elles apparaissent ou s’éloignent.

Mes activités glissent comme des vagues les unes sur les autres. À propos d’éloignement, celle des maquillages fantaisie s’éloigne dans cette période de pandémie. Mais, je dois aussi dire que mes maquillages sont personnalisés, qu’un lien s’établit avec la personne que je maquille et que quelque chose d’elle apparaît dans le maquillage. Ne me demandez pas comment cela se passe. Cela se passe tout seul. J’ai l’impression d’être dans un ailleurs et tout à coup la forme apparaît sous mon pinceau. J’ai bien un style particulier, mais je peux peindre le même modèle trois fois de suite, il sera toujours en relation avec la personne. Alors, ce genre de maquillage ne va pas lorsqu’on en fait juste avant un match de foot ou pour avoir un coeur sur la joue. Je préfère ne pas faire… là, je fais un choix ou plutôt la question ne se pose pas, ce n’est pas mon genre. Point.

Alors donc, comment les présenter, mes activités ? C’est en parlant avec un banquier et en lui envoyant un mot que l’idée m’est venue, ou plutôt qu’elle a atterri dans mon cerveau. Cela fait un moment que je dis qu’il me faudrait inventer un mot pour cela. Comme souvent aussi, l’idée a fait son chemin, pris son temps et aujourd’hui, jour d’automne, elle a mûri et est sortie.

Voici un premier schéma qui tient compte de ce que je dis :

100 % et les pourcentages. Je me demande où passent les enseignements reçus à l’école. J’ai bien souvent remarqué que des gens apprennent par coeur, répètent ce qu’ils entendent ou lisent mais sans réflexion réelle. Actuellement, par exemple, on entend dire que quelqu’un s’investit à 200 %, qu’on fait une chose à 200 %. Soyons quand même proches de la réalité, je n’ai pas entendu dire que l’on fasse quelque chose à 300 ou 500 %. Mais, on ne peut jamais se dépasser ! Mon intérêt pour quelque chose ne peut jamais dépasser le 100 %. Pourquoi ? Parce que je suis l’unité de mesure. Prenons l’exemple d’un billet de €10.- Je le dépense et donc j’ai dépensé le 100 % de ce que j’avais, je ne peux pas dépenser € 11 ni € 12 ni plus et donc pas 101 % ni 200 % de la somme. Ou alors, je contracte une dette. Chose que je ne fais pas, je n’aime pas les dettes.

À ce propos. Il y avait un exercice de français sur la Toile avec le sujet des pourcentages et justement l’exemple : Je m’investis à 200%. Celui qui faisait l’exercice devait savoir que l’on ne colle jamais le signe « % » au chiffre. Mais, ai-je fait remarquer, on ne peut s’investir soi-même à plus de 100 % alors qu’un prix, par exemple, peut passer de € 50.- à € 100.-, soit une augmentation de 200 %, soit deux fois € 50.- soit, puisque € 50.- = le prix entier = 100 %, deux fois 100 % dont la somme donne 200 %. Là, on peut parler d’une augmentation de 200 % et ceux qui ont vécu l’inflation ou se souviennent de cours d’histoire savent que l’inflation gonfle les prix de façon extraordinaire et, naturellement, le pourcentage dépasse souvent les 100 %. Bref, l’exercice a été supprimé !

Une prise de conscience, un axe, un principe vital : celui du rôle de la pensée. Il guide désormais mes activités. Je n’aime pas faire du tort à quelqu’un mais savoir que la pensée même est une énergie et, par conséquent, qu’elle a une réalité, change bien des choses :

Il y a onze « départements », en fait mes activités sont dix mais comme la vie n’a pas fini son cours et que mes activités sont apparues en cours de route, je laisse du terrain pour une suivante. Il y a tellement de choses passionnantes dans notre monde…

Voici mes activités sous forme de bulles. On va imaginer que ce sont des vagues et qu’elles peuvent glisser les unes sur les autres :

Toutes les activités ne sont pas tout le temps au premier plan ; mais une chose est sûre : dès que l’occasion se présente pour l’une d’entre elles, je la mets en route comme si je l’avais pratiquée la veille. Celles qui sont le plus présentes ces derniers temps sont « révision de textes » – je passe des heures fantastiques à entrer dans des textes et la pensée de différents auteurs dans des domaines très variés – « @3m.ossature » et « @articulations – jouons avec elles ». Ces deux dernières se passent, essentiellement, dans le cadre des cours organisés par la Ville à midi. Là, également, j’ai un très grand plaisir à rencontrer des participants de différents horizons et à les unir par une même activité ; chacun apporte son monde et je m’en sers pour enrichir le cours.

Mes activités sur la Toile. Depuis que j’ai ma plateforme, j’ai une activité qui pourrait déjà être la onzième, celle des « Questions sociales », en fait elle regroupe des questions sociales, des réflexions et la philosophie. C’est sans doute la fibre familiale qui parle, tant mes parents que leurs familles étaient impliqués dans la vie sociale et ont agi pour le bien de passablement de personnes. En plus, j’ai été assistante à l’université de Neuchâtel d’un cours qui s’appelait initialement « Faits socio-économiques » avec le professeur Jean-Pierre Gern et ensuite travaillé au Bureau international du Travail (BIT). Ma plateforme me permet de parler de ce que je fais, mais me présente surtout l’occasion de parler de faits socio-économiques. C’est devenu une activité et c’est une passion. La différence avec les autres, c’est qu’elle n’est pas lucrative ; c’est tout. Elle est tout aussi importante que les autres. Je préfère, en général, parler ou écrire de choses qui sont nourrissantes et qui devraient faire la une plutôt que de choses qui ne vont pas bien. C’est ici que le rôle de la pensée intervient (c.f. Jean-Pierre Garnier Malet). De plus cette activité est l’une de celles qui font que des pans de mon histoire se rejoignent. C’est cela qui est fabuleux, tout fait partie d’un tout.

Les liens pour mes activités figurent dans le menu déroulant. Il reste celle des « services et réparations en période de pandémie » ou « confinement et nouveaux métiers de Zully ». Je complète la présentation de mes activités avec le rôle de la pensée grâce à :

Jean-Pierre Garnier Malet : rencontre particulière 14.

Rue des Chavannes – commerce au centre-ville.9 – attitude exemplaire de l’entreprise Facchinetti S.A. !

Comme on le voit dans le titre, cette rubrique concernait jusqu’ici les commerçants. Cette fois-ci, c’est l’une des rues les plus anciennes de Neuchâtel qui me conduit hors du chemin, pour ainsi dire !

Dans l’article précédent, je raconte l’histoire de la fresque peinte par un groupe de trois artistes plasticiens engagés par la Ville et par moi en tant que volontaire.

Un geste malheureux. Alors qu’on finissait de peindre la fresque, l’entreprise Facchinetti a été mandatée pour faire un travail à la rue du Neubourg, celle qui fait un angle droit en haut de la rue des Chavannes. J’ai parlé avec les travailleurs et leur ai raconté que j’avais eu le plaisir de rencontrer M. Gilbert Facchinetti (voici l’article sur lui). À chaque fois que je parle avec des travailleurs de l’entreprise, je me sens en famille. Nous finissons et quelques jours après, l’entreprise finit aussi son travail mais l’un des ouvriers a un geste malheureux : il verse un seau de ciment liquide sur les marches de la rue et en partie sur la fresque.

Des commerçants me signalent l’affaire et sachant que j’aime bien arranger des situations compliquées s’adressent à moi. Comme j’avais déjà deux autres « affaires » sur les bras, je demande à une autre commerçante de s’en charger. On lui promet une réponse ; le mois d’août passe, celui de septembre est passablement entamé et toujours rien. Deux autres interventions faites par moi à d’autres services restent également sans résultat.

Facchinetti S.A. Finalement, je prends contact avec l’entreprise et tombe sur le conducteur de travaux de l’entreprise. Je lui dis que je suis un peu ennuyée de le déranger. Il répond d’une façon si aimable que je lui raconte l’affaire comme si on était dans une pièce de théâtre bien écrite. Le ton est on ne peut plus aimable. On se donne rendez-vous et il me dit qu’effectivement, il faut faire quelque chose.

Voici les traces… Les commerçants qui m’ont signalé l’affaire sont des personnes qui prennent soin de leur magasin et de leur devanture. Ce n’est pas le cas de tout le monde ni du public actuel qui jette des choses par terre sans se poser de questions. Ne me dites pas que c’est une minorité. Il faudrait demander au service de la Voirie ce qu’il ramasse tous les matins… Dans le cas présent, les commerçants paient aussi une taxe pour pouvoir mettre une enseigne ou une décoration sur la voie publique et de voir cette tache, les rendait de mauvaise humeur.

Heureusement, le collaborateur de chez Facchinetti a été d’une compréhension qui m’a fait presque me sentir dans un autre monde. Il est d’accord avec moi pour dire qu’on ne jette rien par terre.

Quelque temps après, on voit un travailleur de l’entreprise racler avec une brosse spéciale et nettoyer la tache en question. Il passe une journée entière sur « l’ouvrage » !

Je rappelle le conducteur de travaux pour le remercier. C’est par lui que j’apprends que le travailleur a passé une journée à défaire ce qu’il avait fait. Ah, le même ouvrier qui a eu le malheureux geste ? demandé-je. Oui, je n’allais pas envoyer quelqu’un d’autre, répond le responsable.

Je n’en reviens pas. Il me dit aussi que l’histoire a fait le tour de l’entreprise et que des apprentis sont allés « voir » le travailleur sur place.

Exemplaire ! Oui, je trouve ce comportement exemplaire, tant de la part du responsable, que de celle du travailleur. Cela arrive à tout le monde de faire des erreurs, me dit le responsable. Oui, lui rétorqué-je ; et c’est ce qui me rassure parce que je fais aussi des erreurs. Quand je fais des « remarques » à quelqu’un, je me mets à sa place. Mais, réparer… c’est si hors du commun. Je ne peux que vous remercier, vous, votre travailleur et l’entreprise. M. Facchinetti serait content ! Le responsable sait que j’ai connu M. Facchinetti et me rappelle que des photos de lui décorent les murs de l’entreprise. Je le sais et pourtant c’est comme si c’était la première fois que je l’entendais. J’aime ma ville et les gens qui font quelque chose pour elle. Bref, comme disait mon copain de classe, William, Shakespeare de son nom de famille, « Tout est bien qui finit bien ». J’espère que vous avez eu un tel copain aussi, car il me rend de grands services !

J’avais écrit un autre article sur les travailleurs manuels où l’entreprise Facchinetti est aussi citée, je le joins dans ma liste d’en bas :

Liens vers :

@articulations – jouons avec elles. Mêmes participantes.

C’est la fin des vacances d’automne et le retour… en classe !

Je demande si quelqu’un a pensé à ses articulations pendant les vacances et réponses :

  • Oui, tous les jours ;
  • Nous sommes allées en Bretagne et on a fait les exercices pendant qu’on faisait la queue !
  • J’aime faire des longues marches et maintenant, lorsque je marche, je pense à mes orteils et ils ne se croisent plus ! (la personne en question a un orteil qui monte sur les autres, mais lorsqu’elle fait des jeux ave ses orteils, ils regagnent leur place. Ce qui est intéressant c’est qu’en leur accordant de l’attention, ils gardent naturellement leur place).
    • Je suis sidérée… Je n’ai pas pensé que cela irait si loin. C’est le miracle de la conscience qu’on met aux choses que l’on fait.

Je reviens sur le sujet : penser aux articulations, les visualiser et, et, et les remercier pour leur travail ! L’une des participantes dit que lorsqu’elle les travaille, c’est comme si elle les huilait, elle a besoin de les huiler. C’est joliment dit, en effet, on les baigne de synovie et cela empêche les os de se frotter.

Aspasie, la seule femme dont l’histoire grecque ancienne a gardé son nom. Que vient-elle faire ici ? Je n’en sais plus trop bien comment j’en suis venue à parler du livre de Franck Senninger que je révise, Je m’appelle Aspasie, mais le fait est que je parlais du rôle que les femmes avaient eu du temps de la Grèce ancienne : elles avaient bien un prénom, mais on les présentait comme « la fille de » ou « la femme de ». Une participante d’origine italienne dit alors que cela n’a pas changé en Suisse car elle avait été drôlement secouée à son arrivée en Suisse en voyant que Mme unetelle s’appelait, Madame Jean Bovet (nom imaginaire). C’est vrai, maintenant que j’y pense. La dame chez laquelle j’étais en pension à mon arrivée en Suisse recevait son courrier avec le prénom et le nom de son mari, Mme Henri de Meuron. J’avais trouvé cela comique parce qu’elle n’avait pas du tout la tête d’un Henri !

Le cours sur les articulations et comment porter une branche pour mes canaris depuis le bord du lac. J’allais me baigner au bord du lac et ai vu des jardiniers couper des branches. Ah, voilà qui pourrait faire le bonheur de mes canaris dans leur volière ! me dis-je. Un très beau jardinier, Thomas de son prénom, m’en prépare une. elle mesure bien deux mètres et je suis près de Serrières. Bon, je la prends, la cale sur mon épaule et me mets en route. Puis, la pensée, cette pensée qui atterrit sur notre cerveau (je vais m’inventer un verbe pour cela) quand on ne s’y attend pas, me dit que je peux faire un exemple de ce port pour mon cours ! Alors, voilà :

  • la branche est calée sur un creux de mon épaule droite ;
  • j’en porte le bout en la tenant avec la main droite ;
  • puis, la pensée me dit de la porter avec deux doigts ;
  • ensuite qu’il faut que je change de doigts ;
  • puis, c’est sur le pouce que la branche repose ;
  • puis, je rechange encore ;
  • puis, je la déplace un peu sur l’épaule.
    • Résultat : j’ai parcuuru les 4 ou 5 km sans sentir de fatigue et en sollicitant et renforçant diverses parties de la main et du bras. J’ai encore pu monter les cinq étages de mon immeuble et installer la branche dans la maison des oiseaux qui se sont empressés d’y aller dessur ! Sur la photo, il n’a y « personne », mais dès que l’occasion se présentera, j’en ferai une.
La branche de jinko est arrivée sans perdre une feuille sur le chemin !
En voici quatre qui se servent de leur bec pour soulever tout ce qui cache les grains de maïs qu’ils aiment plus que tout !
En voici trois sur les dix de ma volière.

Liens vers :