Réparation et rangement = mettre de l’ordre en soi.6

Ici, plusieurs notions s’entremêlent : le soin pour un objet qui a des années à son compteur, la persévérance, le « kai zen » (en résumé – la notion japonaise qui veut dire « toujours améliorer »), le symbolisme, et le hasard, qui n’existe pas, qui prend, à Paris, des allures d’hôtel de la Poste et d’Ali Nasr.

Un sac acheté dans les années… je ne sais plus, mais, je vois encore l’endroit où il se trouvait et le signe qu’il m’a fait pour que je le prenne. C’était l’époque où l’on faisait des articles de bonne qualité, faits pour durer presque une vie. Le « presque » est arrivé il y a bien des années. Voici sa présentation :

Services rendus. J’ai utilisé le sac comme cartable, puis l’ai laissé reposer et, depuis que j’ai un ordinateur portable, il fait partie de ma vie de tous les jours, pour ainsi dire. Donc, le « presque toute une vie arrive » : tout d’abord, l’intérieur de la partie qui se rabat s’est effritée. J’ai commencé par me dire que c’était une évolution normale, un fait ; puis, un jour, au début des années 2000, qu’il m’est resté un bout d’un tissu noir brillant utilisé pour décorer une table pour un spectacle, je l’ai mis à mon cartable qui a retrouvé une deuxième jeunesse. Comme on le voit, elle est encore d’actualité.

Évolution. J’ai maille à partir avec la notion du temps et les ravages qu’il imposerait. Je me dis, depuis très longtemps, que ce ne doit pas être une fatalité, que le Créateur ne peut pas nous avoir créés pour devenir moches ni pour que les choses se dégradent ; d’ailleurs la matière qui nous compose est celle qui existe depuis le début de notre création, or elle crée de nouvelles formes tout le temps et en bon état, alors… Mais, force a été de constater que des coutures ont « lâché » sur le haut des côtés. J’ai mis une bande collante, mais elle n’a pas tenu. C’est mon cordonnier local qui a mis un peu d’ordre en cousant un bout de cuir brillant. Je lui suis reconnaissante.

Évolution encore. Vous l’avez remarqué, mon sac n’a ni poignée ni bandoulière, alors, pour le porter, je le prends par le milieu de sa partie inférieure et un jour… le cuir a commencé à craquer là aussi. La bande collante n’a rien donné, non plus. Mon cordonnier m’a dit qu’il n’y avait pas de solution. Pourtant, me disais-je… pourtant…

Ali Nasr, le tailleur à Paris. Je vais à Paris, ma ville favorite, et demande à mon aimable hôtelier s’il ne connaît pas un couturier dans le coin *Deux rues plus loin, à droite », me dit-il. J’arrive et j’explique. Ali sourit, le cordonnier en question, (pendant ce temps, son cerveau cherche une solution) et il dit presque tout de suite « Il faudrait mettre une bande de cuir. Je lui dis que j’aime les gens qui trouvent des solutions. Je suis au comble de ma joie, car j’avais bien raison : il y avait une solution. Bon, pas facile, parce qu’il fallait démonter un bout du sac, mais Ali a trouvé moyen de le faire. Je lui dis que je suis de passage et que je vais à une exposition et ne serais pas de retour avant qu’il ne ferme, que je le paie d’avance et qu’il pourrait déposer, exceptionnellement, mon sac à l’hôtel. Ali sourit et je pars. Entre gens de confiance, on ne se pose pas de questions.

Le résultat du travail d’Ali = une merveille !

C’est vraiment magnifique ! Sur la photo, on ne voit pas très bien et c’est peut-être ainsi qu’il faut voir le sac. Personne ne remarque rien si on ne le lui dit pas. C’est ici que s’entremêlent toutes ces notions :

  • le temps : c’est comme s’il n’était pas passé. Mon sac a toujours l’air neuf ;
  • la persévérance : il ne faut jamais abandonner ;
  • kai zen : on peut toujours améliorer ce qui fait partie de notre monde ;
  • l’ingéniosité : elle fait partie de ceux qui aiment à fond leur métier. C’est le cas d’Ali ;
  • le hasard : il y a bien des scientifiques qui disent que le hasard n’existe pas. Dans mon cas, on peut parler de hasard, mais il y a toute une chaîne derrière – l’admiration que j’éprouve pour Abraham-Louis Breguet me fait retourner souvent à Paris, l’hôtel de la Poste qui est devenu mon point de chute, mon chez moi à Paris, le tailleur Ali Nasr.

Une ceinture. J’avais pris dans mes bagages une ceinture pour laquelle, je cherche aussi une solution depuis des années. Je l’ai achetée, avant le sac, à M. Neuenbaum (?). Il était un vendeur de la place et publiait toujours une chronique dans le journal local. J’ai porté cette ceinture longtemps, puis, est restée au repos et, tout comme le sac, a repris du service depuis quelques années. Là aussi, le fameux temps… Je cherchais de l’élastique de la bonne largeur sans le trouver. Voici que cette fois, j’en trouve un peu plus large à la Mercerie de Saint-Pierre. Je porte le tout à Ali et me rends compte que la pièce centrale a des pierres rivées au similicuir et que découdre ne suffira pas. Je vois mon effort par terre. Mais, Ali me dit qu’on peut faire autrement ! Voici le résultat.

Les idées : Ali voit la difficulté et me dit qu’on peut mettre la pièce milieu. Ouf ! J’éprouve une grande reconnaissance pour le tailleur et ma ceinture doit se sentir soulagée. Pour les bords, comme l’élastique va dépasser, Ali suggère deux plis, puis je lui demande si on ne peut juste replier l’élastique et Ali dit « Quand les idées naissent… » et me voici avec ma ceinture avec une nouvelle vie ! Juste pour le plaisir, je montre la partie centrale.

Je vais trouver un moyen de revigorer la couleur du similicuir sur les bords.

Tout cela pour dire qu’il y a des solutions dans ma vie. Il n’y a rien de très particulier, la gloire n’est pas venue me rendre visite mais je vois que les solutions arrivent quand elles doivent arriver. C’est la suite de l‘article que je suis en train d’écrire et qui traite du même sujet.

Adresse d’Ali : 3, sente des Dorées, 75019 Paris. Son numéro de téléphone : +33 7 666 09 229. Son lien vers Facebook : https://www.facebook.com/nasr.ali.9828.

Liens vers d’autres articles où réparations et rangement = mettre de l’ordre en soi. C’est sûr qu’à chaque fois que nous réparons et rangeons quelque chose, il y a une correspondance en nous :

Pour laisser un commentaire, deux façons de procéder :

  • directement par courriel (voir contact sur ma page d’accueil) ;
  • si vous avez une plateforme WordPress, vous pouvez facilement l’insérer au bas de cette page.

Performance for Do and Martin Short (on the way)

Every year when the Summer starts, when the Sun is warmer, it is time to wash the carpets and curtains of my dancing studio. This year I had more things to clean as now I have three pairs of curtains for the stage, each one composed of three parts and on the ceiling I have four pieces of material. As a whole I cleaned almost 50 m X 1,50 m of material, plus 30 m2 of carpet. I also cleaned the foam and material strips that surround the whole studio, some 30 m X 20 cm in total. My studio is carved on the rock and the floor out of wood doesn’t clip to the wall and when my students make reflexology with a small ball… you already guessed, the balls sometimes go into the gaps and disappear for ever.

Unexpected solutions. Unexpected, as it is only at the end of last year that a friend of mine and his wife put me on the way of the stripes ! This solution is more than a thing that avoids me loosing my material, it means that solutions always come, even for things for which you never thought they would have a solution ! I had another similar experience with the ceiling of my studio until another friend presented me a solution. Both solutions took… forty years to come into my life. This is a good lesson ! For me these « material » solutions mean that something similar is going to happen in my life.

Another related phenomenon : of course, I had seen the gaps, of course, I had noticed the ugly ceiling with the marks of rain, but they were facts and nobody had a solution. Now that I have solutions, now that my environmental place of work and pleasure looks really nice, it is as if the past situation had never existed. I cannot even feel the impressions I had before ; it is such a pleasure now, that it has erased all the past ; I know the annoyances have been, but no real remembrance in my body. Great phenomenon !

Do and Martin are my neighbours and as such our lives many times come across. Lately, Martin celebrated his birthday and I thought I could offer him a performance. In between I washed the carpets and they dried in their courtyard that allows me to access to my studio. It was another reason to offer my performance to Do and Martin. Without them my life would be complicated. It is also the moment to say that Scooby lives at their place. Scooby is the dog, that I love, and that fate made them to take care of ! They also have two cats.

I am lucky to have such neighbours as sometimes I need screws, a big bag to carry my things, an advice. Whenever I renew or change something in my studio, Do is the first to come. In return, I take care not to make noise, I sweep the courtyard from time to time, I put some plants to make the place nice and those who come to my studio know how to open and close a door. Strange ? No, not everybody knows how to open and close a door without making noise, unnecessary noise. Sometimes I prefer to wait for my students outside and deal with the door myself. Whenever I have a performance, my public is required to whisper out of the studio.

The performance and my life. In this period, things are all mixed up in my life, like notes of a music and I just know that one note adds to another to finally give a song ; the solutions I mentioned above, some other in different fields and the curtains, carpets, stage, chairs and floor being clean make me feel a big relief and pleasure. All of them are signs announcing something new.

Whenever I have a performance, it is a special moment. My performances are becoming more dance-theater and I try to have a message for the public present. This time I was saying to Do and Martin that I am at the end of a life path and that I would like that the next would offer me the possibility to go on tours and present my performances to enterprises, adults, elderly people and in cafe theaters. It should be possible as my background covers economy, arts, life philosophy and well-being techniques. Suddenly Martin said that there should be some interaction with exercises. Hmm ! Life has sometimes strange ways of letting us know things and or confirming them. We should always pay attention to our environment. The fact is that if some of my dances allow me to talk and have exchanges with my public, the remark of Martin opens me more doors. In fact, in November I had two guests who needed some movements (the friends who helped me with the strips) for their articulations and I showed them what they could do. It just happened like that and I had been thinking at this moment ; this moment was probably turning also around in my studio until Martin came… I felt happy knowing that my public was really listening to me and was with me. In fact fate is showing me my next life path. One of the things that amazes me in this life is that I wanted to offer something to Do and Martin and I at the same time I am getting relevant advices from them. I say from « them » as for me they are just « one ». That is great !

I presented my performance that they found interesting and my movements elegant.

After the performance. Usually the public and me sit for a drink. My favorite drink is Mauler rosé. This time I had a special bottle. Last 30th of December I had another performance and a friend gave me the bottle. I have been keeping it for a special moment.

My Mauler rosé and the Berliner Wine Trophy. I wrote to the wine producer Mauler and they told me that the Berliner Wine Trophy has become the most influential competition in Germany and the most important international wine competition in the world. It acts under the patronage of the Intergovernmental Organisation of Vine and Wine and of the International Union of Oenologists. Every year, this competition brings together renowned producers and distributors of the world and the number of submitted samples is constantly increasing, nearly 15’000 wines per year ! I can say that the Berliner Wine Trophy confirmed my choice !

Do and Martin’s cat Jojo is the famous one that sleeps in banks ; first at the Banque cantonale neuchâteloise and then at the Union de Banque suisse. I thought that his name was « Giogio » because of the English pronunciation and because he is special and, for me, an Italian name suits him so well ! Since the pandemic he is spending more time at home (well, Do and Martin are telecommuting and that is a good reason to spend more time at home !). So, we were drinking our Mauler and suddenly Giogio-Jojo came and installed himself on the stage. Martin said that that was the sign that I was part of the family ! Any way, this cat is very clever. The other day I was in the back of my studio, he came, made « meow » and went out. What was I to do but follow him ? He sat in front of the court yard door knowing already that I would open it for him. He has another way to go out, but when he wants something, he lets it know !

Mia is the other cat of the family. She is very lady, takes her time to make things or to approach people, to our surprise, she also came and laid on the stage after Giogio-Jojo had left. She is a lady, I told you. She has also changed since the pandemic. She used to stay all the time at home, now she prospects the surroundings, she goes for walks. Martin says that she is a completely different cat. So, who is right, Jojo spending more time at home or Mia going for walks during this special period of our history ? Both?

Subjects of discussion : as I said, after the performance, the public and me have a drink. It is the moment to have a relaxed conversation. Excel, my activities, watches (technology, pilot, kai zen)

The day after the performance.

A word about Do. First of all, she is a very nice person and we understand each other very well, and,for me, she has plenty of qualities : first of all, she is the a docker’s daughter. I was working at the International Labour Organisation (ILO) in Geneva when containers were introduced in ports. Liverpool (Do was born in Liverpool) fought against them, unfortunately without success. The International Dockers’ Union had done a survey, submitted it to the ILO and I had been in charge of the analysis. Years and years later, Do invites her parents to Neuchâtel and her father tells me that he had been a docker… one of those who had participated to that period. I had always wondered what had happened to all these dockers and life presents me an answer through Albert Golding, a strong and smiling person ! That is a present.

Besides that she is always working. She works in chemistry. I cannot discuss the subject with her but what amazes me is that although she is a rather thin person, she has a tremendous strength. She can carry very very heavy things. It must correspond to her character. Besides that, she has wonderful legs and I am planning to photograph them. Do and Martin have a beautiful car…

A word about Martin. You already know he has a quick mind and speaks spontaneously. He is a skilled person in many subjects. When a friend of mine introduced me to the notion of kai zen I discussed about the subject with friends ; Martin was the only one to know about it. I can also say that he is à la page with the new technology. when I saw this strange square (QR code) everywhere, he said that it was very simple and did it for me just like that. Now I know. Yes, neighbours are useful !

Watchmaking. The subject is special for me. I was not born in Neuchâtel, but in a way the watchmaking is part of myself. When my friend left this world he left some watchmaking documents that I gave to the Watchmaking Museum of Château des Monts, Le Locle. Since then I am in touch in a way or an another with this field. In conversations, we don’t always know how a subject comes. So, discussing withe Do and Martin the subject invited himself and Martin said

Do and Martin are just one. Some years ago they had proposed to the commune of Neuchâtel to install a parc…. Unfortunately the project chosen was the casino. I wonder how it is possible. Neuchâtel would have another aspect and win another public than the one who visits these kind of places.

André Oppel : ses montres au Musée d’horlogerie du Château des Monts

Je savais que j’avais les montres-bracelet d’André dans un tiroir.

Elles et lui ne faisaient qu’un.

Revisitant le tiroir pour la xe fois, je me suis dit que le moment était venu de mettre fin à la carrière des montres dans un tiroir et qu’elles en entament une nouvelle au Musée d’horlogerie du Château des Monts, au Locle.

Seriez-vous intéressés par deux Omega et une Mondaine ? Ai-je demandé aux deux personnes que je connais au musée : M. François Aubert, président du Comité du musée, et Mme Marlène Rüfenacht, l’archiviste. La réponse a été positive et on a simplement attendu que les mesures sanitaires permettent une rencontre comme on en avait déjà eu la première fois, lorsque j’ai transmis les documents horlogers au Musée d’horlogerie des Monts et qu’André avait faits. Ce jour est arrivé aujourd’hui, vendredi 8 avril 2022. Avant de les apporter, je les prends en photo.

Les voici :

Une Mondaine. André était un esthète ; il aimait les belles formes, les choses épurées. La montre de Mario Botta l’a tout simplement enchanté ; elle a un mouvement quartz et a été créée peu avant son achat. On lui a attribué le no 4458 dans l’inventaire.

Une Oméga. C’était sa montre d’avant. J’ai téléphoné chez OMEGA et voici l’information que me transmet un responsable à son sujet : « OMEGA « Art Collection », création 1986. La collection Art est produite dans un alliage de céramique, le boîtier étant en céramique noire. Elle fait partie d’une collection en série limitée de 999 montres signées de différents artistes suisses. Celle d’André révèle au dos une œuvre de l’artiste Camille Graeser, No 827/999. La montre a un mouvement quartz et le quantième (date du jour). On lui a attribué le no 4457 dans l’inventaire.

Sa première Oméga. C’est celle qu’il portait lorsque nous nous sommes rencontrés. Voici ce que j’apprends encore : OMEGA « Genève Dynamic », création 1968. En plus de son design, la particularité de cette collection est que le bracelet est très facilement changeable et qu’il y avait de multiples couleurs disponibles ». La montre a un mouvement mécanique automatique, avec quantième (date du jour). On lui a attribué le no 4456 dans l’inventaire.

J’arrive au Locle. M. Aubert a eu l’amabilité de venir me chercher à la gare. Nous arrivons au musée et je sors les montres. M. Aubert et Mme Rüfenacht les regardent, les observent, les prennent en main, les commentent, font des remarques, bref, je suis avec des experts !

Je suis impressionnée : je suis au musée en train de reprendre les montres pour les regarder une dernière fois et voilà que je remarque que l’aiguille des secondes de l’Omega de 1968 se déplace. Je fais le commentaire à M. Aubert qui me dit que c’est normal pour une montre automatique, d’autant plus pour une montre de bonne qualité. Je lui dis que je suis émue, tout comme je l’avais été lorsque j’avais porté la montre de M. Froidevaux et dont je parle dans un autre article. Pour moi c’est comme un message, je ne peux qu’admirer le travail des horlogers, car André a cessé de la porter en 1992 ! et avoir aussi une pensée bien particulière pour mon ami qui me semble présent à travers la montre.

Je me demande alors, si quand je l’ai prise en main à la maison pour la photographier, la montre n’avait pas commencé à marcher. Je reprends les photos et c’est le cas. J’éprouve une très forte émotion !

La première photo à gauche en haut, je l’ai prise pour l’envoyer par courriel à M. Voumard de chez Omega, la seconde à droite en haut, c’est au moment où je la prends pour cet article et les deux autres sont celles prises au musée. Les aiguilles ont bougé et je suis émue, émerveillée de voir cela. L’horlogerie est un monde magique qui résonne en moi.

Je n’ai pas pu résister et ai mis La Mondaine à mon poignet. J’ai pris un « selfie » et le hasard, qui n’existe pas, a fait que la lampe de la salle se réfléchisse sur la table juste au-dessus de la montre. C’est de la précision horlogère ! C’est normal, on est au Musée d’horlogerie du Locle, Château des Monts ! On dirait des étoiles. C’est André qui me fait signe. Réellement, les montres ne pouvaient trouver de meilleur logis et destin. Je suis tranquille.

André était très ordonné. Il avait gardé la boîte d’origine de La Mondaine, le carton dans lequel il a reçu la montre, le ticket de caisse, les bons reçus lors de l’achat chez Loeb et le dépliant de la montre.

« La Mondaine » de Mario Botta entra dans la vie d’André Oppel le 27 janvier 2003.

L’Omega de 1986, André l’avait achetée en 1992 chez Robert, Neuchâtel. J’ai bien connu Fernand et Liliane Robert, les premiers propriétaires de la boutique. C’est son successeur, M. François Engisch qui a vendu la montre a André. C’est tout un pan de ma vie qui passe par là aussi. André avait gardé la boîte d’origine et la garantie.

Cela me fait plaisir de voir les noms Robert et Engisch arriver au musée.

La personnalité et les montres ou les montres et la personnalité. En regardant ces montres sur une seule page, sorte de résumé de la vie de feu mon ami, je me dis qu’il y a bien un lien entre les montres que l’on porte et la personnalité :

  • L’Omega de 1968 correspondait à celle d’un être à une forte personnalité, complexe et bien protégée ;
  • L’Omega de 1986 correspond à celle d’un esprit élégant qui ne garde que l’essentiel ;
  • La Mondaine de 2003 correspond à celle d’un esthète qui a ajouté de la fantaisie, de la malice à sa vie. C’est tout le portrait d’André !
Des garde-temps de la vie d’André en trois temps.

Voilà. J’ai accompli une mission grâce au Musée d’horlogerie du Locle. J’ai un vide qui m’habite, mais suis aussi rassurée parce que les montres sont au meilleur endroit qui soit. Je rappelle et précise que si j’ai pu mettre autant de précisions sur les montres, c’est parce que que le responsable de chez OMEGA a très aimablement répondu à ma demande et que M. Aubert et Mme Rüfenacht ont, de leur côté, fait des recherches. Je les remercie très vivement.

Liens vers :

Anatomie en dansant – enfant de huit ans

En venant au monde, on a tout un monde de choses à découvrir. C’est le cas de le dire.

Une fillette avait de la difficulté à coordonner des mouvements avec le corps et je lui ai fait une danse sur le sujet. Cela a eu de bons résultats. Voici le texte qu’elle chantait tout en faisant les mouvements appropriés :

  • Le coude, le coude – le genou, le genou
  • les poignets, les poignets – les talons, les talons
  • les bras, les bras – les jambes, les jambes
  • le tronc, le tronc – la tête, la tête
  • les épaules, les épautes – le bassin, le bassin
  • la bouche, la bouche – la langue, la langue
  • les dents, les dents – les oreilles, les oreilles
  • le cou, le cou – la nuque, la nuque

Puis, elle ajoutait :

  • tout cela c’est moi, c’est moi
  • tout cela c’est moi, c’est moi
  • tout cela c’est moi, c’est moi
  • tout cela c’est moi et vous aussi !

Ensuite, je disais au public un certain nombre de choses sur le corps : 206 os au total – 33 vertèbres dont 24 mobiles – 600 muscles – si on met bout à bout notre circuit sanguin, nous avons 150.000 km – l’intestin grêle déroulé mesure 6 m et le côlon 1,5 m !

Le moment d’émerveillement passé, je demandais à l’élève :

  • Combien d’os dans un pied ? Elle répondait : 26 ! (un jour, lors d’une répétition) elle a dit :
  • Tu sais pourquoi je m’en rappelle ?
  • Non…
  • Parce que mon anniversaire est un 26 ! et elle a éclaté de rire.

Tout cela est inoubliable !

Pour laisser un commentaire, deux façons de procéder :

  • directement par courriel (voir contact sur ma page d’accueil) ;
  • si vous avez une plateforme WordPress, vous pouvez facilement ajouter un commentaire.

Liens vers :

Cendrillon, le soudoku et la vie. Quels points communs ?

Je trouve fascinant de voir combien on trouve des points communs dans des domaines si variés comme ceux cités !

Cendrillon. Je donne un cours que j’ai appelé « Atelier de mouvement du corps et de l’esprit ». On traite de la vie, de la façon dont on la voit. Mais au fond il y a le leitmotiv : pour aller au bal du prince, il faut avoir une invitation, pour pouvoir aller au palais, il faut avoir une robe, pour avoir une robe, il faut pouvoir l’avoir achetée ou faite, il faut aussi avoir les accessoires qui vont avec, il faut tout d’abord avoir pris un bain et ainsi de suite. Une fois qu’on a tout cela, on peut rencontrer le prince.

Le soudoku. On a une grille, mais on ne peut même pas penser à se dire : « je veux remplir telle ligne ou tel carré d’abord » ! Il faut trouver la logique qui fait que tout à coup on a un début de ligne ou de carré, puis la logique nous conduit à un autre bout et ce n’est que bien après on finit la ligne du début. Ce n’est pas comme on veut. Mais une fois qu’on a suivi la logique, on a un tout.

La vie. Il en va de même avec la vie. Ce n’est pas ce qu’on veut qui arrive forcément ; parfois même, il arrive ce qu’on ne veut pas du tout ! il se peut aussi que ce qu’on veut ne nous convienne pas ou qu’il faille attendre pour l’avoir. Il se peut aussi que l’on change d’avis, que la vie nous présente d’autres occasions, d’autres chemins plus fleuris et ensoleillés que ceux qu’on aurait chosis. Parfois aussi c’est la vie qui nous mène ici ou là. Au bout du compte, elle forme aussi un tout. De plus, si Cendrillon s’inscrit dans une histoire, un soudoku dans une grille, la vie le fait dans notre corps. On ne pense pas toujours à cet aspect. Ce tout s’inscrit en nous et nous l’emportons avec nous lorsqu’on quitte ce monde. Peu importe que l’on croie en un monde spirituel. Il suffit de penser matière, toute matière porte une mémoire.

Le point commun entre ces trois domaines c’est qu’on doit aller jusqu’au bout pour avoir un tout. Ils présentent tous des difficultés pour arriver à l’unité ; mais, le plus compliqué des trois est celui de la vie, car il prend toute une vie pour lui donner sa couleur. On ne peut pas dire « j’arrête un moment » car la dimension temporelle ne s’arrête pas dans notre monde. L’histoire de Cendrillon, on peut la lire un moment et la laisser de côté ; une grille, on peut ne pas la finir, mais la vie… c’est notre enjeu. La joie de Cendrillon lorsqu’elle rencontre son prince, le plaisir de finir une grille, la paix et le bonheur que l’on doit ressentir lorsque l’on sait que l’on a mené la vie qu’il fallait…

Je pourrais finir l’article ici, mais il me semble important de parler de quelques clefs que l’on a à disposition pour résoudre les difficultés, entraves de la vie. Si on lit la vie de certains grands de ce monde, si on écoute les gens autour de nous et si nous prêtons attention à notre mode de fonctionnement, il y a souvent l’intuition. C’est un guide. Bien souvent c’est le doute et la peur qui nous empêchent de la suivre. Plus loin, il y a le rôle de la pensée et j’ai eu la chance de rencontrer le physicien Jean-Pierre Garnier Malet qui en parle très bien ; que tout ce que nous faisons et pensons a des répercussions, tout ce que nous faisons à autrui, tout ce que nous pensons d’autrui, tout ce que nous nous faisons, tout ce que nous pensons de nous a un effet, absolument tout et nous avons constamment de nouvelles cellules que nous rempiissons de mémoire…

Liens vers :