@articulations – jouons avec elles. Autres participantes

Je suis toujours fascinée par les différents ressentis et par les réflexions qui parfois m’amènent à formules des choses de façon différente !

En danse classique il n’y a qu’une seule façon de faire un pas correctement. En mathématique, une équation au carré donne deux résultats, au cube trois, eh bien ! avec le jeu des articulations, les résultats sont tels qu’on peut avoir autant de résultats que de participants et ils sont tous corrects.

Nous sommes tous différents et nos ressentis sont tous différents. Oui, c’est à peine croyable combien on comprend, en écoutant des personnes parler du résultat d’un même exercice, que nous ressentons les effets de façon différente. C’est quelque chose de fabuleux de se dire que ce que je ressens est différent de ce que ressent la personne à côté de moi mais que c’est tout aussi valable ! C’est une richesse pour moi.

Faire des exercices pendant qu’on attend assis quelque part. Pour cela, nous avons une palette d’exercices. Cette fois-ci, je pensais aux genoux et me disais que certaines personnes hésitent à faire celui que je donne au cours parce qu’il est quelque peu visible. Alors, comment faire ? Je me trouve à Paris, aux Champs-Élysées et me dis que mes genoux auraient bien besoin d’un bain synovial. Tout à coup, une idée me vient et je trouve comment faire sans qu’on le remarque. De toutes façons, les gens sont toujours occupés à quelque chose plutôt qu’à nous regarder, tout de même, c’est une réussite. Je n’y aurais jamais pensé sans la réserve de certaines participantes. C’est cela qui est fascinant. Le fait de pouvoir entrer en communication avec quelqu’un est l’équivalent d’avoir ouvert une porte. Je ne peux que remercier les participants à mes cours. L’exercice trouvé est un peu compliqué à expliquer : on s’assied, on croise les pieds – genoux à 45° et le pied de derrière donne l’impulsion à la jambe de devant pour qu’elle fasse des rotations passives et le tour est joué !

Les portes des uns et des autres. Entrer en communication avec l’autre est comme ouvrir une porte. J’ai déjà dit que nous étions tous différents et, par conséquent, nous avons tous des portes différentes. En voici quelques unes :

À chacun d’interpréter les portes, mais une constante : elles s’ouvrent toutes, quand elles ne sont pas ouvertes en permanence, comme la no 3 qui en fait pense qu’il n’y a pas besoin d’avoir une porte… C’est vrai qu’il y en a qui restent fermées. Que faire ? Chacun a sa réponse.

Notre rapport au corps. Je disais lors d’une séance que parfois, des gens que je ne vois que de sept en quarante me disent qu’ils pensent souvent à moi. Je reste alors interloquée car je n’ai pas consciemment reçu de signe… Je dis que c’est comme nous avec le corps, on n’y pense pas et quil faudrait lui envoyer de temps en temps un mot, une attention, une sorte de SMS car on n’a tendance à y penser à lui que lorsque quelque chose ne va pas. C’est l’un des buts de ce cours : vivre avec le corps tous les jours.

L’humour de l’une de mes participantes. Lorsque je parle du sujet évoqué, la participante en question me dit qu’elle n’est pas sûre que j’aie pensé à elle et à ses collègues à Paris parce que je n’ai rien dit ni écrit ! On a bien rigolé. J’espère que tout le monde sera content et convaincu en lisant cet article !

Liens vers :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s