Cave perdue, notion de « kai zen » et arrière-salle.1

Ceci concerne une partie de l’arrière-salle. Ce n’est pas l’endroit que je vois le plus, mais le fait de lui donner une certaine allure c’est comme si je le faisais en moi.

La notion japonaise de kai zen ou amélioration constante. Elle s’installe ou plutôt elle a toujours été là mais elle a un nom maintenant. De plus, elle prend de l’ampleur et touche mon studio de danse, le lieu qui me représente professionnellement le plus. C’est tout une aventure !

Voici la poutre sous laquelle on passe lorsqu’on sort de la salle d’eau et qu’on se dirige vers la salle. J’ai trouvé chez XX des palmes un peu plus petites que celles de la salle d’eau, je les ai repeintes et elles ont choisi leur emplacement. Je dis qu’elles ont choisi parce que je leur ai proposé d’autres endroits, mais c’est là qu’elles se sont senties à leur place. Je les ai tout simplement suivies.

Des vertus des cartons de Mauler rosé ! On ne sait pas toujours quelles surprises se cachent derrière l’apparence. Cela fait des années que j’ai une fois ou l’autre des cartons de Mauler rosé. Cette fois, ils ont dit « Pas de recyclage dans les bennes, on désire changer de destin et entamer une nouvelle vie. Si tu nous écoutes, tu seras contente ». J’ai écouté et effectivement, je suis contente. Je les habillés et décorés. L’un contient les rouleaux de papier que j’utilise pour faire des photos ou protéger le banc qui reçoit les apéritifs que je sers lors de mes spectacles et l’autre recevra les tubes de lumière noire nécessaires à certains de mes spectacles et que je mettrai là lorsque j’utilise la scène autrement.

Caissons du CCN : la scène du Centre culturel neuchâtelois se composait d’une scène dont le plateau central pouvait tourner et on pouvait agrandir la scène en ajoutant des caissons. J’en ai gardé trois que je viens de repeindre et auxquels j’ai donné un nouveau rôle. Je ne peux m’empêcher de penser à Ernest Grize qui doit se dire que j’en prends bien soin. C’est aussi certainement lui qui m’a dit à quel moment faire « gaffe » pour qu’il n’y ait pas de coulées de peinture à certains endroits.

Dans la photo on voit un caisson devant et deux derrière dont l’ouverture est du côté de la boîte qui reçoit les rouleaux de papier. J’ai vissé des crochets et ajouté des ficelles pour pouvoir suspendre les costumes.

D’autres photos vont arriver.

Si vous désirez laisser un commentaire, deux façons de procéder :

  • directement par courriel (voir contact sur ma page d’accueil) ;
  • si vous avez une plateforme WordPress, vous pouvez facilement l’insérer au bas de cette page.

Autres articles liés à au studio Cave perdue :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s