@3m. ossature : apport des participants.2

Nous sommes arrivées, c’est un groupe de quatre dames, à la fin d’une des séances. Les participantes avaient les yeux fermés afin de mieux ressentir les effets des percussions sur les os.

Piera dit : « Je ne sais pas comment j’ai eu l’image d’un linge blanc qu’on sort du bac où on l’a lavé, qu’on secoue, qu’on suspend à un fil et qui flotte au gré d’une lègère brise, sous le soleil.  J’ai vraiment l’impression que c’est ce qui m’arrive ! Je me sens libérée, presque comme si j’avais des ailes. »

Effectivement, on ne peut pas dire à quelqu’un de sentir ceci ou cela. Je n’aurais jamais eu l’idée d’une telle image. Il n’y a pas de plus grand bonheur que de pouvoir aider les autres à se sentir mieux. C’est un cadeau !

Un autre des participantes qui a une sensibilité différente, elle fonctionne beaucoup avec sa tête, a senti l’effet d’un massage sur la tête bien longtemps après que celui-ci ait été fait. Elle a trouvé cela très léger, agréable tant sur le tête elle-même que sur une distance de queque 30 cm. Cela a duré un long moment. Il faut dire qu’on venait de dire que l’on pouvait parler aux cellules. Les sensations sont toujours là, mais c’est notre sensibilité qui se développe ou disons que plus nous lui laissons le champ libre, plus nous la ressentons. Cela est aussi magnifique !

Une autre encore, pour laquelle les sensations sont des vibrations, des fourmillements, a dit que dans son imagination, elle voyait des petits doigts qui tapotaient. C’est tout aussi magnifique !

Ce qui est sûr c’est que les percussions, lorsqu’on les pratique ne serait-ce qu’une fois par semaine, ont un effet et que nos sensations corporelles et énergétiques s’accentuent. C’est ainsi que l’autre jour, au début du cours, nous avons procédé à un massage de la tête, puis nous avons fait le cours et à la fin on a refait un massage de la tête. Eh bien ! la sensation a été bien différente, l’une des participantes a dit qu’elle sentait comme si elle avait plus d’espace tout en précisant que ce n’était pas la tête qui s’était élargie, mais qu’il y avait réellement plus d’espace.

Ce qu’il y a d’intéressant dans l’enseignement c’est l’échange avec les participants aux cours. C’est ainsi qu’arrivant à la fin de l’un d’eux, lorsque le corps avait été parcouru de percussions et qu’il résonnait partout, j’ai demandé à entrer avec l’imaginaire dans ces résonances et « voir » ce qu’elles racontaient. Maryse a dit qu’habituellement elle a des images lors de ces introspections, mais que cette fois-ci cela avait été des phrases du type « je me débarrasse de ce qui ne me concerne pas ». C’est fabuleux de savoir que le corps « parle », et fabuleux aussi qu’on puisse « l’écouter » ! En fait, le corps parle tout le temps et nous devrions prendre le temps de l’écouter.

Liens vers :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s