Ma chère banque… chère

De ma chère banque, je ne sais plus que dire qu’elle est chère !

Mes affaires professionnelles ne m’avaient jamais permis d’avoir un compte régulier en banque. Je n’ai pas non plus eu un compte irrégulier ! Mais le compte normal ou courant était un compte qui devait avoir mensuellement une somme au-dessus d’un certain plancher et sur lequel la banque percevait des frais. Alors, je me suis cantonnée dans un compte épargne qui me satisfaisait. Le taux d’intérêt était plus bas, mais cela ne me gênait pas.

Puis la chère banque a eu des ennuis avec les subprimes aux USA, de sérieux ennuis et ses liquidités ont quelque peu diminué. Mais, elle a reçu de l’aide. Il faut que je révise l’affaire afin d’être précise. Il ne faut jamais s’avancer à découvert sur un terrain inconnu, difficile…

Bref, l’année passée, la chère banque qui n’est plus qu’une banque chère m’a envoyé une lettre très claire, à défaut d’être tendre, pour confirmer que je pouvais garder mon compte épargne mais que je serais limitée à trois retraits sans frais par année et que si j’en faisais davantage, ils coûteraient Fr. 15.- chacun… Ou alors, je passais à un compte courant et là, je devrais payer les frais normaux. Ne possédant pas encore une fortune, je ne voyais pas comment j’allais pouvoir payer mes frais mensuels en seulement trois retraits annuels du compte épargne. Dire à ceux qui me versaient de l’argent de venir l’apporter chez moi… n’était pas réaliste du tout. J’ai donc dû me plier, exactement comme on plie quelque chose qu’on met dans une petite boîte…

Puis, j’ai reçu des documents bancaires mensuels qui me donnaient l’état du compte et pour lesquels la banque me prélevait 5.- à chaque fois si j’avais une certaine somme minimale et Fr. 7.- si j’étais en dessous. Il est normal de taxer plus ceux qui ont moins ! C’est mathématiquement élémentaire !

Au bout d’une année, je me suis dit que j’avais fait cadeau d’assez, de trop ! d’argent à la banque et que je n’avais pas besoin de ces papiers pour le peu de mouvements que j’avais sur mon compte. Je suis passée à l’e-banking. On aurait tort de penser que puisqu’il n’y a plus de papier, cela ne coûte rien… Non, c’est un service et il coûte Fr. 3.- mensuels.  La banque aurait pu m’avertir qu’il y avait deux services…

Autre surprise de ma banque chère : le personnel qui se trouve au guichet bancaire est là depuis des années et j’ai du plaisir à passer au guichet pour le saluer et retirer chez eux de l’argent plutôt qu’au bancomat. J’aime bien discuter de choses et d’autres. Je viens d’apprendre que si j’y vais pour des opérations que je pourrais aisément faire au bancomat, je dois payer Fr. 2.- par opération… Ma banque… Je ne peux plus dire que c’est « ma » banque, elle devient une banque qui supprime des emplois. Je crois bien que je vais retourner sur les bancs de l’université pour écouter les cours d’économie dont la logique rentable est en train de l’emporter sur celle de service à la communauté… Cela me fait froid dans le dos !

****

Retour à Réflexions diverses

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s