Journal de l’enseignement de la danse classique adapté à une élève de cinq ans, page 1.

On ne peut pas enseigner la danse classique avec ses règles de la même façon à un élève de cinq, sept, dix, quinze ans. Le langage, le sens changent. Pour un enfant de cinq ans, il faut commencer par prendre connaissance de son corps, de la façon dont il est construit et se faire ami avec les jambes, les pieds, les orteils, les jambes, les genoux, les bras, les coudes, les mains, les doigts, les épaules, la tête, le regard, l’espace, la musique.

Janvier 2018 : une nouvelle élève est arrivée à mon école. Petite élève curieuse, fatécieuse et intelligente. Je lui dessine des pierres au sol et lui dis qu’elles sont entourées d’eau et de crocodiles. Cela veut dire qu’il y a danger de sauter d’une pierre à l’autre et qu’il ne faut pas tomber dans l’eau.

J’en dessine des grandes et entre elles, assez loin les unes des autres, de toutes petites. Elles ne permettent de mettre qu’une demi-pointe.

La fillette s’est posé la question de comment y aller et a fini par trouver ! J’ai déjà fait cet exercice avec d’autres enfants. Elle est la seule à avoir trouvé la solution toute seule.

Mars 2018 : j’ai compliqué l’exercice avec d’autres formes et elle trouve toujours quoi faire. Dans les très grandes, elle se couche et elle dit qu’elle se repose.

On a parlé de résonances dans le corps. J’ai pris un sceau et l’ai rempli avec de l’eau. Ensuite, j’ai donné un petit coup dans l’eau pour qu’elle voie que l’eau bouge. Je lui ai expliqué, que son corps était rempli d’eau. Elle a fait une drôle de mine. Je lui ai dit que si elle était le verre que je tenais dans ma main, l’eau du corps allait très près du bord ! Et que donc, si elle faisait une résonance dans son corps, elle allait faire bouger l’eau du corps et faire bouger le corps. Elle a très bien compris.

Les progrès : c’est surprenant comment en une seule leçon bien des notions se mettent en place et forment une sorte de tableau, comme un puzzle dont on a soudainement trouvé où vont les différentes pièces. Les exercices que la fillette trouvait difficiles.(marcher sur une planche du sol en bois sans dépasser les côtés) sont devenus quelque chose de simple. On dirait que c’est son exercice, qu’il lui appartient. Elle a même marché tout de suite sur une seule ligne, une de ces lignes qui séparent deux planches. C’est allé assez vite, elle a douté une fois au début, elle est restée immobile un bon moment, ne m’a pas appelée et a marché sur toute la longueur de la ligne. C’était fabuleux ! Je lui ai dit que c’était une victoire. Une victoire ? demanda-t-elle. Oui, chaque fois que nous réussissons quelque chose, c’est une victoire et tu est pleine de victoires ! Elle a souri. Il en est allé de même avec les sauts. Elle peut maintenant sauter en 6e position sans faire du bruit et quand je la prends par la taille pour faire de grands sauts, elle a les jambes et les pieds tendus en 2e position. Même quand elle sautille, le pied droit est bien tendu, le gauche un peu crochu, mais l’effort est là.

Les progrès en une fois = marcher sur une planche, marcher sur une ligne, tendre les pieds dans le grand saut et les sautillés sauter à pieds joints sans bruit et la position du bassin qui s’approche du sol quand elle fait la grenouille sur le tapis.

La victoire : Il ne suffit pas de dire à quelqu’un qu’il a bien fait et que c’est une victoire. Pour vraiment assimiler la victoire, il faut constater. Mon élève sait que c’est la première fois qu’elle réussit aussi bien et que cela s’appelle une victoire.

De plus, je la vois refaire toute seule des exercices qu’elle trouvait difficiles. C’est vraiment fabuleux ! Plus le temps passe, et plus elle choisit toute seule de refaire certains exercices difficiles et les complique d’elle-même. Celui de marcher sur une ligne, par exemple : cette semaine, elle a mis un pied sur la ligne, a levé l’autre, est restée en équilibre un moment, puis l’a posé par terre, levé à nouveau l’autre, est restée en équilibre et ainsi de suite. Elle sait que lorsque le morceau de musique choisi finit, on ne bouge plus ; cela lui est arrivé lorsqu’elle était en équilibre. Pas de problème ! Elle est restée en équilibre !

Nous sommes allées voir le médecin chez lequel je vais en formation continue en France, le docteur Benoît Lesage. Nous avons enrichi la palette des exercices à faire pour corriger un problème de hanche et nous nous amusons bien. Afin de faire un jeu d’un exercice qui pourrait être ennuyeux, j’ai proposé qu’on dessine des « yeux ». Ensuite,  on les a posés sur le corps de façon qu’ils gardent une certaine position. J’ai dit qu’on pouvait donner un prénom à chaque oeil et la petite élève a très bien compris, d’autant plus qu’elle donne des noms à ses chaussures. Elle ne dit pas, je veux mettre les chaussures blanches ou les rouges, elle les appelle par un prénom ! C’est sa maman qui me l’a raconté par la suite.

À un certain moment, nous avons joué à tapoter les os du corps. Je lui ai dit qu’on pouvait parler avec les cellules du corps, sortes de petits personnages qui travaillent dans le corps. Je lui ai dit qu’en faisant toc-toc-, ces petits personnages pouvaient apparaître sous toute sorte de formes, que chez moi, ils étaient bien souvent des fleurs. Elle a dit que j’en avais, de l’imagination !

Liens vers

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s