Danse classique et imagination – apport des participants.2

J’ai quatre participants, l’un désire perdre sa timidité et apprendre à danser, l’autre aime bien l’idée de danser avec l’imagination, une autre encore aimerait retrouver la danse qu’elle avait fait quant elle était enfant et la dernière se dit attirée par le titre du cours. Bon… il faudra trouver un moyen pour réunir ces désirs.

La diversité. C’est ce que je dis toujours, mes cours sont simples, ce qui les enrichit c’est l’apport des participants. Nous arrivons au terme de la sesion et on finit d’une façon que je n’aurais pas imaginée moi-même : on filme une danse !

Le titre est « Лимончики ». Ce sont des musiciens de rue, venus à Neuchâtel, qui m’ont vendu un CD. L’arrangement est fait par le studio Panoramix, Genève, et filmé par Roger Peeters, horloger avant tout mais cameraman chez Zully.

Le sujet de la danse. C’est une improvisation vers la fin du cours et comme cela l’indique, chacun y est allé de son imagination. Le cours traitant de l’eau, on peut y voir des gouttes d’eau qui se promènent dans le corps, s’unissent, se séparent mais dans la joie et la bonne humeur qui devrait toutjours en nous régner !

Le travail en cours de route : d’abord, celui des pieds. Les pieds nous portent et on ne pense pas toujours à eux. Ils sont pourtant une sorte de piste d’atterrissage et de décollage pour le système sanguin. On félicite ceux qui ont inventé la réflexologie car dans mon cours on l’utilise en plus d’autres exercices pour les pieds et ce, à tel point, qu’une participante m’a dit que je pourrais créer un cours rien que pour les pieds. Je réfléchis à la question.

Les notions : anatomie, vigilance (ce qui se passe en nous et autour de nous), posture, habitudes physisques, font partie de ce cours ainsi que des exercices de danse classique et l’imagination avec l’eau.

Difficulté ? : si on n’a jamais fait de danse, si on doit contrôler le corps (pieds, genoux, bassin, épaules, coudes, mains, tête, regard), comment penser à l’eau ? On trouve toujours moyen, mon rôle c’est de le trouver. On rit passablement à ce sujet.

La valse viennoise et classique. Après quelques éléments acquis en peu de leçons, nous sommes passés à la valse avec l’accord de tout le monde. Là aussi on a passablement ri ; mais, finalement on est arrivés à un joli résultat. Les valseurs, c’est le nom bien mérité des participants, valsent en ligne droite, en avant, en arrière et en rond, je veux dire autour d’un vortex et là aussi on a eu des situations bien drôles !

Signification de la valse : au fond c’est l’interaction entre nous et les autres, entre nous et tout ce qui nous entoure, tout, tout, tout, absolument tout. Nous avons notre propre musique, notre rythme, et les autres les leurs Si on est en résonance, la chose va de soi, sinon… c’est ce qu’on pourrait appeler les épreuves mais aussi les joies de la vie. Je vous donne un exemple.

Ce que les participants en ont tiré : je sais maintenant que j’ai deux jambes mais que je peux faire trois pas comme dans la valse. Tout au début, j’ai dit qu’il me manquait une jambe pour faire le troisième pas ! Je suis aussi touchée par l’attention que vous portez à chaque participant, c’est un travail individuel peut habituel. Moi, dit une autre participante, j’ai toujours senti l’eau et une certaine fluidité dans mes mouvements. Une autre dit que ses pieds se sont réveillés, surtout le gauche et que la musique l’a remplie. Les autres s’unissent à elle pour dire que c’est aussi leur cas. Je me dis que si la musique que je choisis pour mes cours est « normale » pour moi, je prends conscience que ce n’est pas le genre de musique que l’on entend dans les magasins et la plupart des médéias. L’autre enfin, dit qu’il a appris à bouger et à se sentir à l’aise. Il faut dire aussi que lors du dernier cours, j’ai introduit des portés, cela veut dire que le garçon porte la fille lors d’un saut. Cela a demandé cinq minutes de préparation avec lui tout seul et le reste a suivi comme un seul homme ! pour ainsi dire. Cétait fabuleux de voir l’adaptabilité de chacun en si peu de cours.

Mon conseil : nous valsons tout le temps ; que ce soit avec ce que nous désirons comme avec ce qui se présente tout seul, nous valsons tout le temps. Puisse la valse vous accompagner tout au long de votre vie.

On finit en feu d’artice – montage de Zully.

Liens pour :

Pour laisser un commentaire, deux façons de procéder :

  • directement par courriel (voir contact sur ma page d’accueil) ;
  • si vous avez une plateforme WordPress, vous pouvez facilement ajouter un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s