Journal de l’enseignement de la danse classique adapté à une élève de cinq ans, page 2.

C’est absolument passionnant de voir s’éveiller une intelligence, une compréhension, un monde chez un enfant. Lors de la dernière leçon, on a parlé du corps et de ce qu’on peut faire pour lui.

  • Bien que tu sois petite, tu comprends beaucoup de choses, pas vrai ?
  • Oui.
  • Tu sais que dans presque chaque partie de ton corps tu as des muscles ?
  • Oui.
  • Maintenant, prenons cette chaise. Si elle a trois pattes, que lui arrive-t-il?
  • Elle tombe.
  • Exact. La chaise ne peut pas se réparer toute seule, il lui faut notre aide. Chez nous, lorsque quelque chose ne va pas, il nous faut aussi de l’aide. Mais, nous pouvons aussi faire quelque chose pour nous, pour notre corps. Tu sais que nous avons des cellules ?
  • Oui.
  • Ces cellules sont comme des petits personnages.
  • Mais, ils ne peuvent pas parler. Et puis une cellule n’a pas la forme d’un personnage.
  • Cela dépend. Tu sais, les cellules, ces petits personnages mangent tout comme nous. Ils boivent, ils respirent, ils bougent, ils travaillent, ils se reposent. Tu te rappelles du livre « Le corps humain » où on voit des petits personnages qui travaillent ?
  • Oui. Ils sont là. Il y en a qui tirent ou qui sont fatigués. Il y en a qui naissent et il y en a qui  meurent.
  • Alors, si on va dans notre corps et qu’on frappe à leur porte en faisant toc-toc, ils vont répondre.

On commence une séance de résonances dans le corps. Une fois qu’on a fini les pieds, je demande :

  • Alors, que disent les personnages de ton pied ?
  • Rien.
  • Dans le mien ils sont tout contents. Ils respirent très bien. Mais, je pense que si tu sais écouter, ils vont aussi te dire quelque chose.
  • On continue avec la jambe.
  • Que dit-on dans ta jambe ?
  • Говорят « привет » ! (Ils disent « salut ! » ). Je ne résiste pas à l’envie de l’écrire en russe tellement les mots résonnent encore en moi. Ce moment est gravé en moi comme une photo dans le temps. De plus, j’aime la langue russe !

Quand on arrive à l’autre jambe, la fillette dit spontanément en souriant :

  • Ils disent salut et qu’ils sont contents !

Et voilà comment on commence un voyage dans le corps. Il ne faut nullement croire que la fillette a voulu me faire plaisir en disant des choses qu’elle ne sentait pas. Sa personnalité est très forte et si quelque chose lui échappe, elle le dit.

Liens vers :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s