Chez Zully on fait de la danse, mais pas seulement.

Chez Zully on parle de toutes choses, on va voir des expositions, des spectacles, on lit des écrivains, on parle plusieurs langues, on s’étudie, c’est tout un monde.

Entre autres : nous allons rendre visite à des commerçants de la ville. Zully dit qu’on prend les cours à Neuchâtel et qu’il y a des commerçants qui sont là depuis longtemps et ils rendent de grands services à la ville. Elle dit aussi que dans ces magasins on ne fait pas qu’acheter un produit, il y a des gens, des commerçants justement et qui ont souvent une histoire intéressante, liée à leur métier, à raconter. On leur rend visite et elle profite pour nous dire que la danse a des points communs avec tous les métiers. C’est vrai.

Oui, c’est vrai et on va voir pourquoi. M. Jean Guinand, à la Librairie du Château, Maître chocolatier Pierre Walder, Maître boucher René Margot, Ingrid Gueniat, au Bouton d’Or, M. Rémy, opticien, M.  Y au magasin de décoration, Michel Vautravers, magasin d’articles ménagers, tous ont : de l’ordre, soignent leur matériel, produisent ou achètent des produits de qualité, On ne peut pas dire qu’ils fassent de la danse, mais on comprend bien que la propreté, l’ordre, la discipline, le travail,  et le plaisir vont de pair. Quand on aime ce qu’on fait, tout cela va ensemble et on peut même dire que chacun danse avec son métier !

Quand nous dansons, nous suivons une certaine logique, nous bougeons le corps dans un certain ordre, dans un certain style, dans un certain sens ; les mouvements doivent être propres, jolis, harmonieux ; de la discipline, on n’en parle pas, la discipline c’est le respect des choses, le suivi de certaines règles ; le travail c’est faire et faire et refaire jusqu’à ce que les pas, les danses fassent partie de nous ou que nous leur donnions notre « nom », notre personnalité. Et le plaisir, il vient quand on a réussi tout cela et qu’on le fait avec nos moyens, notre  personnalité. Zully raconte que lorsqu’une danse est exécutée par un danseur et  qu’il y met du sien, son interprètation lui donne une colorature unique. C’est ce qui fait l’artiste. Il y a vraiment des points communs avec les commerçants et si chaque danseur est unique, chaque commerçant l’est aussi, chacun y va de sa personnalité.

Zully dit aussi que si elle nous donne une danse à faire, c’est que nous pouvons la faire. Elle finit par avoir gain de cause ! D’ailleurs, quand elle reprend une danse de son répertoire, elle modifie des choses pour les adapter à notre personnalité et à nos capacités. Comme cela, on se sent à l’aise.

Nous remercions « nos » fournisseurs russes de chaussons.

Tamara photo copie
Tamara, la responsable qui recevait les commandes de Zully quittait le fabricant russe de chaussons de danse ;  Zully l’a remerciée et a profité pour nous apprendre à écrire notre nom en russe : un N à l’envers devient un  « i » et un P c’est un « R »… bizarre… drôle même !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s