Le Jardin botanique de Neuchâtel hérite de livres d’André Oppel.

Lorsque André, mon partenaire de vie, est parti au ciel (pour mémoire, André Oppel a été le seul directeur artistique que le Théâtre du Pommier, Neuchâtel, ait eu), j’ai pris soin des livres qu’il a laissés. Il y avait une petite collection sur les poissons, papillons, mamifères, plantes. J’ai tout de suite pensé au Jardin botanique, mais j’avais besoin de temps pour remettre ma vie sur un autre rail, un rail où j’allais devoir continuer à vivre seule. Cela fait un moment maintenant qu’André a quitté ce monde et je me dis que je ne vais malheureusement rien emporter dans l’au-delà en dehors des expériences qui auront nourri mon existence. Le moment est venu de trouver à ces livres un destin meilleur que celui de reposer sur un rayon de ma bibliothèque.

M. Blaise Mulhauser, le directeur du Jardin botanique. Je téléphone au Jardin botanique, exprime mon désir de donner des livres et on me passe le directeur. Quelle chance ! Il se déclare preneur.

Le plaisir et l’émerveillement. Le plaisir est celui de trouver un bon destin à tout ce que mon ami a laissé entre mes mains. L’émerveillement vient lorsque je feuillette ces livres qui ne feront plus partie de mon paysage et que je prends conscience de la beauté des images, du travail qu’il y a dans ces livres. Nous vivons grâce à la nature, je le sais et je l’admire en général, mais il me semble qu’une autre dimension s’ouvre en regardant ces livres. C’est comme si je participais à la découverte qu’à fait le petit André lorsqu’il les avait entre ses mains. Le temps, on le sait, a plusieurs dimensions.

André Oppel n’a pas encore trois ans et demi. Ses parents ont écrit deux cahiers au sujet de la découverte du monde par André. Il est écrit qu’à cet âge, André connaît déjà le nom des « fleurs, mamifères, poissons, oiseaux petits ou grands, des forêts de chez nous ; ceux des mers ou du pôle Sud, ce sont ses connaissances aussi ». En regardant les images, j’ai l’impression de sentir la joie du petit garçon. Je me dis que ces livres ont bien nourri mon ami parce que si André était graphiste, si le dessin était inné chez lui, les reproductions de ces livres l’ont marqué. Je le dis parce que je lui demandais de temps à autre des dessins d’animaux ou de champignons et qu’il me semble voir les « racines » dans ces livres. Il faut aussi savoir que le petit André avait appris à lire bien avant l’école. Il demandait à l’une de ses tantes (tante Emma, celle qui lui montrait les livres mais dont j’ignore le nom de famille) comment on lisait ceci ou cela et il retenait. Alors, à l’école, c’était lui qui lisait les histoires à ses copains de classe. Je vois aussi que certains livres ont été plus « visités » que d’autres. Il me semble voir la curiosité d’André se satisfaire au fur et à mesure de ses lectures. C’est comme une cadeau pour moi ; un cadeau auquel je ne m’y attendais pas. Si je n’avais pas décidé de donner ces livres, je n’aurais pas ce cadeau. C’est magnifique.

Des souvenirs. Je me dis que je vais photographier ces livres et choisir une image de chacun. Je commence.

Les livres sont écrits par des sommités, je mettrai la liste en bas. Ils sont entrés dans la famille, pour la plupart en 1920, mais le premier que j’ai photographié est de 1924. Ils ont tous la signature de Willy Ravenel.

Présentation des livres. Parfois les idées qu’on voudrait mettre sur « papier » ne donnent pas le résultat escompté et il faut s’adapter. C’est le cas ici, alors, je procède différemment.

Le premier est une édition améliorée, le second et le troisième sont d’une deuxième édition.

Le dernier volume réserve toutefois des surprises. Il met en dernières pages ses publications, dont la toute dernière à paraître en octobre 1914. On est en septembre ; les curieux devront attendre un mois…

Surprise ! Je viens de voir le premier volume sur la Toile ! J’ai pu passer commande après bien des péripécies sur différents sites. C’est une collaboratrice, Samantha R. de la plate-forme AbeBooks, qui met en ligne des livres anciens, divers objets de collection en tous genres, qui l’a cherché et trouvé pour moi sans que je le lui demande. Je lui suis reconnaissante parce que j’ai cru que je ne l’aurais jamais. Elle m’a donné envie de faire un tour plus approfondi sur la plate-forme en question et je viens de trouver un tas de trésors. Comme souvent, je rends service et finis par recevoir de belles surprises. AbeBooks m’a donné son accord pour mettre le lien de sa plateforme.

Le dernier-né, si je puis dire. Il ne s’est pas passé une semaine depuis que Samantha R. a trouvé le fameux premier volume et le voilà qu’il « débarque » chez moi. Il est en parfaite santé et se réjouit de commencer une nouvelle vie dans le Jardin botanique. Le voici :

Merises et cerises. La merise est une cerise sauvage. La sorte de l’image, prunus avium, a servi à produire des cerisiers doux.

Liste des sommités :

  • Oiseaux de France, Suisse et Belgique, volumes I et II, le Baron L. D’Hamonville ;
  • Papillons de France, Suisse et Belgique, Dr Paul Girod, professeur à l’Université de Clermond-Ferrand ;
  • Champigons comestibles et vénéneux, séries I et II ; Paul Dumée, membre des sociétés botanique et mycologique de France ;
  • Poissons de Mer de la France et de la Belgique, C. Raveret-Wattel, directeur de la station aquicole du Nid-du Verdier, près Fécamp ;
  • Mamifètres de France, Suisse et Belgique, René Martin ;
  • Les Arbres, Arbustes et Arbrisseaux forestiers, C. L. Gatin, ingénieur agronome, docteur ès sciences, préparateur à la Sorbonne ;
  • Les Fleurs des Bois, C. L. Gatin, ingénieur agronome, docteur ès sciences, préparateur à la Sorbonne ;
  • Les Fleurs des Pâturages, E.G. Camus, lauréat de l’Institut, Académie des Sciences ;
  • Les Fleurs des Moissons et des Cultures, Émile Gadeceau, correspondant du Muséum national d’Histoire naturelle.

Une image de chaque livre dans l’ordre où ils apparaissent dans l’article.

Il est possible que le dessinateur de la mésange et des oisesaux du premier livre soit son auteur, le baron L. D’Amonville.

Un conte de fées. On se dirait dans un conte de fées avec ces champignons si « craquants ». Je n’avais pas une affection particulière pour les champignons, mais j’ai eu la chance de travailler à Mycorama, le musée des champignons qui a brièvement existé à Évologia, Cernier. J’ai appris tellement de choses sur le sujet que je me dis aussi que la Suisse a raté une industrie intéressante en fermant cette institution. En effet, à partir du champignon, mis à part le fait qu’on peut en manger directement, on peut fabriquer des tissus, des encres, des médicaments, des protéines qui n’ont pas la graisse de celles animales, du poison. Cela aurait été une industrie propre. J’ai aussi appris que le champignon faisait partie du 5e règne, du fait qu’il se situe entre le végétal et l’animal. Mais, j’en reviens aux images, au cortinaire rouge cinabre qui porte un si beau rouge que j’en suis fascinée !

Le hasard a bien fait les choses. À chaque fois, j’ai ouvert les ouvrages au hasard pour choisir les images. Dans le dernier, le muguet me dit que j’en ai dans mon balcon. C’est une sorte qui vient du jardin de la secrétaire de l’Opéra de Bucarest lorsque j’y étais. Il est plus fourni que celui que je vois parfois ici. La carotte sauvage, je la connais parce que je la ramasse dans les champs pour la donner à mes canaris en volière intérieure et extérieure (c’est important de le préciser). Je viens d’apprendre son nom grâce à André et au Jardin botanique. Une fois de plus je m’enrichis en donnant quelque chose. Quant au chardon, je ne sais pas pourquoi il est sorti, il pique, mais je trouve tellement joli son nom « chardon penché » et il a un cou si gracile que je me dis qu’il danse. De plus, il a des couleurs si belles que je craque là aussi !

Au Jardin botanique. J’arrive avec mes livres, rencontre le directeur, M. Blaise Mulhauser, lui donne les livres qu’il trouve intéressants et qu’il va installer dans la bibliothèque de son institution ; en tant que connaisseur il regarde l’éditeur, l’année de parution et se déclare ravi. On discute et il m’apprend qu’il a connu André, qu’il a fait du théâtre à la « Cave perdue », local qui est devenu mon studio de danse ! Je n’en reviens pas de voir se relier divers pans de mon histoire. Tout cela me procure une immense joie.

Plantes médicinales. Au Jardin botanique, il y a actuellement une exposition sur les plantes médicinales et M. Mulhauser va chercher le livre dans lequel figurent des témoignages de personnes qui connaissent une plante, ses propriétés et fournissent la recette de préparation.

Le livre. Quand on l’ouvre, à droite il y a le texte, écrit dans la langue maternelle de la personne – on y trouve du persan, du japonais, du portugais du Brésil – et à gauche un dessin de la plante, dessin fait par M. Mulhauser en personne. Je lui demande s’il a fait des études particulières, mais non, cela s’est fait naturellement au cours de son existence. C’est remarquable !

Le livre encore. M. Olivier Molleyres a fait un magnifique livre. Quand je l’ai vu et que j’ai imaginé que je pouvais y écrire quelque chose, j’ai eu une émotion, une sorte de crainte, tellement le papier est beau. On ne voit plus tellement un aussi beau papier. On sent le savoir-faire et cela me touche. Sur sa plate-forme il est indiqué qu’il est le dernier relieur de la ville – il y a tant de métiers artisanaux qui disparaissent, qu’il faut soutenir ceux que la passion nourrit – et, chose magnifique, son atelier est devenu centenaire en 2017.

Liens vers :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s