Moi, une fleur, et Zully

Je vois Zully descendre la rue où le destin m’a mise à terre. Quelle chance ! Elle me voit. J’ai entendu dire que Zully ramasse les fleurs qu’elle trouve par terre. Je me dis que mon destin ne va pas me faire finir n’importe comment, et j’ai eu raison !

Zully me prend, me dit de gentils mots et me dit qu’elle va prendre soin de moi. Elle m’amène à son studio de danse, où elle allait faire ses exercices et répétitions, me met tout de suite dans un verre avec de l’eau et me fait baigner dans de la belle musique dont celle jouée par Gilles Rémy and his Jazz Band. Elle doit l’écouter souvent, car elle connaît les paroles, surtout celles de « Roses de Picardie ».

L’atmosphère est plaisante dans son studio, c’est calme et on est dans un tout autre monde. Tout à coup, elle fait des danses qu’elle prévoit pour un spectacle et je comprends pourquoi elle connaît si bien les paroles de la chanson dont je parle plus haut. Elle fait partie du spectacle.

Le temps passe et elle décide de rentrer. Elle m’enlève du verre, sent mon désarroi parce que ma tige reste en l’air tout sec, réfléchit et décide de me prendre avec le verre. Ouf ! Je suis soulagée.

Dans son bureau, dans sa bibliothèque. Elle me prend en photo et me pose sur un rayon de sa bibliothèque qu’elle vient de nettoyer, d’arranger une nouvelle fois. J’ai vraiment de la chance !

Ma couleur. Oui, je voulais encore dire que ma couleur se mariait bien avec celle des habits que Zully porte aujourd’hui. Nous étions vraiment faites pour nous rencontrer !

Quelle aventure ! Je me réjouis de voir ce que demain va m’apporter. En attendant, je vais dormir. Dans mon rêve, je vais aller dans l’ordinateur de Zully pour choisir les articles qui vont figurer en bas. Dans la catégorie « Mes histoires » elle en a déjà un paquet, mais, je vais faire un tri et demain elle aura les idées claires pour les mettre. Comme vous voyez, le sommeil n’est pas synonyme de repos.

Après une nuit de sommeil bien pleine, je me réveille avec le chant des canaris de Zully. Je reviens sur mon sommeil. J’ai pu discuter avec les livres, meubles, décors et les mille et une choses qu’elle a chez elle. J’ai pu aussi entrer dans son ordinateur et lire tout ce qu’elle a écrit. Je peux affirmer que je pars de l’autre côté du miroir avec une culture bien supérieure à celle que j’avais jusqu’ici.

Résultat. Si vous regardez attentivement ma première photo, j’ai un pétale qui se dresse comme une antenne et si vous regardez la photo prise aujourd’hui, tous mes pétales reposent délicieusement sur l’eau. Effectivement, je n’ai plus de tensions et je suis dans une détente qui présage de ce qui m’attend de l’autre côté et tout cela sur le fond du chant des canaris de Zully, car elle m’a installée à côté de leur volière !

M. Charles Frésard. Les histoires de Zully se lient les unes les autres… « juste comme ça ». Elle va chez M. Frésard, l’ancien comptable de M. Froidevaux, pour lui montrer comment il pourrait connecter un ordinateur s’il en achetait un et pour lui montrer mon histoire. Quand elle arrive à la photo du zeppelin, elle demande à M. Frésard s’il a vu l’aéronef et effectivement, il l’a vu en 1936. C’est fabuleux d’imaginer que le petit André Oppel, le petit Charles Frésard et le jeune René Froidevaux, qui plus tard allaient travailler ensemble, étaient déjà unis par un même événement ! Tout cela, Zully le sait maintenant, grâce à moi. Je suis ravie de lui avoir rendu service. Je quitte ce monde avec plein d’histoires inhabituelles !

Liens vers :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s