Attitude des clients – confinement ou non et commerce au centre-ville

Disons d’emblée que ce n’est pas le genre de choses à écrire, car le commentaire d’une chose ne fait que l’augmenter, mais il y a un constat tout de même à faire !

Comportement de clients dans un magasin en liquidation. Il n’y a pas si longtemps un magasin de chaussures a fermé ses portes et les articles ont été, on peut le dire, bradés. Si on m’avait demandé de deviner l’attitude des gens à l’intérieur d’un magasin dans une telle situation à l’époque actuelle, j’aurais perdu. Cela me dépasse que dans notre xxie siècle (note plus bas au sujet de l’écriture des siècles) de telles attitudes se révèlent. Voici des photos :

Désolant. Je n’ai pas d’autre mot. Le personnel était à bout de voir le comportement des gens, leur impolitesse, leur agressivité. Le personnel n’a pas eu besoin de me le dire, cela était palpable, audible, visible. De plus, comme les articles étaient bradés, il n’était pas rare de voir des gens partir avec un tas de paires de chaussures (ça en plus, ce n’est pas cher…). Je veux bien que cela se soit passé en période de confinement, mais c’est désolant. Cela aurait même dû être le contraire car nous vivons tous une période compliquée, on est tous dans le même bain si on peut dire. De plus, qui dit liquidation, dit aussi fermeture du magasin et chômage pour le personnel. Combien ont-ils été à demander ce qu’il allait devenir ?

Clients ? Quel nom leur donner ? Je ne sais comment qualifier les gens qui agissent ainsi. Il m’arrive de voir des articles par terre dans un magasin et de les ramasser ou de voir qu’un client laisse tomber un habit, replace un article à la mauvaise place et passe à autre chose. Je fais remarquer que quelque chose est tombé ou dis que je crois bien que ce n’est pas la bonne place pour l’article et la plupart du temps, les gens remettent les articles à leur place ; mais pas toujours. Certaines personnes répondent que les vendeuses sont là pour cela quand elles ne me disent pas de me mêler de ce qui me regarde. Je réponds que justement, cela me regarde et que le magasin était en ordre avant leur passage. Bref, je ne me fais pas toujours des amis.

Alors clients ou un autre nom ? Lequel ? J’aime la langue française, mais là, je suis dépassée, je n’arrive pas à trouver le mot approprié. Au fond, c’est un manque de conscience. Ce manque de conscience qu’on trouve si souvent à tous les échelons.

Manque de conscience encore. On peut citer de nombreux domaines et endroits : les rues, les conteneurs de déchets. Je pense notamment aux déchets verts ; on y trouve des cartons, des cagettes en bois avec des agrafes, des sacs en plastique, des bouteilles, et plein d’autres choses encore. Les gens ne se mettent pas à la place des petites bêtes qui vont manger quoi… des agrafes ? Et la terre, comment fait-elle pour recycler cela ? Même les sacs en plastique recyclable prennent beaucoup de temps pour être assimilés. On ne devrait pas en mettre du tout. Pas un seul, même dégradable. Dans un article du journal local, des paysans disaient combien leur bétail était parfois blessé à cause des objets que les gens lancent de leur voiture par la fenêtre. Les protecteurs de la nature disent aussi combien de choses étranges ils trouvent dans le ventre des poissons. Raison pour laquelle, je ramasse les plastiques, cigarettes, bouteilles et objets métalliques lorsque je vais au bord du lac. Mince !

Bonjour comme dans un moulin. Les gens entrent dans un magasin et vont tout droit vers l’endroit qui les intéresse. Qu’ils croisent des vendeurs, qu’ils les voient, ne change rien, ils ne penseront pas à dire bonjour. Ils entrent dans un magasin comme dans un moulin. Pas tous, pas tous, c’est vrai, mais la très grande majorité si. Que diraient-ils si leurs connaissances ou des inconnus entraient chez eux sans dire bonjour ?

Le comble ! Je suis dans un supermarché, regarde les raisins et vois une main féminine qui prend, touche et repose le raisin. Je dis à la propriétaire de la main qu’elle pourrait regarder avant de prendre. Elle répond qu’elle est dans un supermarché et que se cela ne me plaît pas, je n’ai qu’à ne pas venir ! Je n’ai pas toujours la bonne répartie et ne voulant pas envenimer la chose, lui dis qu’au marché on ne peut rien toucher. Je dois avoir eu un certain impact car pendant que je choisis du regard mes raisins, elle fait de même, regarde, prend et part. Ouf !

Commentaire d’un horticulteur au marché. Je lui raconte l’affaire et il me dit que c’est aberrant, on ne devrait pas tripoter les aliments ; autrefois c’était un vendeur qui s’en occupait (voir le paragraphe qui suit). Que dirait cette personne si lorsqu’elle va acheter de la viande tout le monde la touche, la laisse tomber sur l’étalage ?

Le métier d’étalagiste. Autrefois, il y avait des étalagistes et des vendeurs qui étaient là pour vous tendre les fruits et légumes. Le métier a disparu. Comme me l’a fait remarquer l’horticulteur cité ci-dessus, ce sont les grands magasins qui les ont supprimés pour réduire les coûts. On discutera de l’affaire dans un autre article.

Port du masque et respect des distances. Nous vivons une période compliquée et les hôpitaux sont débordés. C’est une réalité. Alors, ce sont des consignes que les gens devraient avoir à l’esprit. Mais… là encore il y aurait bien des choses à dire. Il y a une situation qu’il faut affronter. Les gens aimeraient retrouver ce qu’ils appellent leur liberté (voilà une notion à définir, car généralement mal comprise), reprendre leurs activités, continuer de « vivre » et ne plus suivre d’ordre même si c’est pour le bien de tous. Alors, respecter les distances dans un magasin, lorsqu’on croise des gens dans la rue, se laver les mains avant d’entrer dans un endroit public, ne pas tout toucher… C’est entraver leur « liberté »… On reste songeur ! Je viens enfin de lire quelque chose allant dans ce sens dans le journal local, mais dit avec des pincettes « on comprend que les gens soient fatiguées du confinement »… Il faut dire clairement les choses : vous voulez du respect ? Alors, montrez du respect quand il le faut. Point.

La peur. Parfois, je demande au personnel des magasins pourquoi il n’intervient pas. Raison majeure : on ne veut pas d’histoires. Je me demande quel genre d’histoire puisque le personnel aurait raison. Mais non, on ne veut pas mécontenter un client qui pourrait ne plus revenir, qui pourrait vous mettre une mauvaise appréciation sur la Toile, qui pourait écrire à la direction en rejetant la faute sur le personnel. On me dit souvent « le client est roi ». Un bien mauvais roi, dis-je. Un vrai roi n’agit pas ainsi. De plus, il n’y a pas de roi dans cette affaire, on est sur l’étagère sociale de l’échange : on me propose un article, je le prends et je paie. Point. Il va sans dire que ce point ne veut pas dire qu’on ne doive pas remercier le vendeur, le propriétaire, etc.

Le roi. Pour en revenr au roi, mon père m’a demandé une fois pourquoi dans un royaume le roi ne vole pas. Je n’ai pas eu de réponse. Il m’a expliqué que le fils du roi a les plus beaux jouets, les plus belles voitures, les plus belles filles et que quand il doit gouverner, il n’a plus que cela à faire alors que lorsqu’un mortel commun arrive au pouvoir… C’est un peu exagéré, mais il y a une logique compréhensible.

Les valeurs dans notre société. Tout ce qui est lié à la morale, à l’éthique, aux valeurs d’autrefois semble vieilli, dépassé. La réclame dans les médias ne cesse de nous dire que tout est « fun », qu’on a « le droit de » et des slogans trompeurs de ce type. Ce sont des slogans trompeurs, car nous ne vivons que d’échanges et ils doivent être harmonieux pour que cela fonctionne. Cela, les gens, non pas qu’ils l’oublient, mais ils n’ont même pas l’idée d’y penser…

La réclame. Je reviens sur le sujet. Cela me dépasse également de voir des réclames sur des meubles où les gens mettent les pieds sur la table. Il en va de même dans bien des films. Cela devient un cercle vicieux : on reproduit ce que les gens font à la maison (précision : je ne mets jamais les pieds sur la table !) pour faire « proche du public » ou « fun » – mot voulant dire qu’on est hors étiquette, hors règles ou même que l’atmosphère est détendue – et ensuite les gens le font aussi ailleurs. Il n’y a qu’à regarder les terrasses des restaurants, les bancs publics, les bancs des transports en commun.

Conseils que vous pouvez transmettre plus loin. Effectivement, bien des gens voient ce qui se passe mais ne savent pas quoi dire ou comment s’y prendre. Voici quelques conseils à transmettre à vos connaissances lorsque quelqu’un laisse tomber un article et qu’il reste par terre ou lorsque quelqu’un ne remet par un article à sa place :

  • Oh ! un habit est tombé ;
  • Je crois bien que quelque chose est tombé ;
  • Je crois bien que l’article n’est pas à sa place ;
  • Je peux placer l’article là où il était ?
  • Le pauvre, il est tout coincé, je lui donne de la place ;
  • Si vous regardez les fruits et leur demandez « qui veut venir? », il y en a un qui vous le dira. ; cela marche (c’est vrai dans mon cas et j’ai eu du succès avec certains clients).

Un profond remerciement ! Je remercie profondément tous ceux qui se trouvent dans le service de la vente et au service des clients. Je leur présente des excuses au nom de ceux qui n’ont pas la conscience de leurs actes.

Note sur l’écriture des siècles : voici l’allure que devrait avoir notre siècle sur ma plateforme si le logiciel le permettait. On le sait, les siècles, en français, s’écrivent en petites capitales et avec la lettre « e » en exposant haut. Précisons, comme le dit notre ami Chambaron, que s’il s’agit d’un titre où tout est en capitales, il va de soi qu’on écrira aussi ainsi les siècles. C’est tout. Certains logiciels, on ne sait qui les a composés, n’ont pas cette option et c’est regrettable. Word sur mon Mac le permet. Je remercie les programmeurs qui y ont pensé.

Petite aventure aujourd’hui. On le sait, on doit faire plus souvent la queue qu’auparavant. Aujourd’hui, dans un grand magasin, il n’y avait qu’une caissière et la queue était passablement longue. Tout à coup une autre caisse ouvre et ceux qui étaient derrière moi se précipitent, je fais de même et vois que la queue d’avant reste plus longue que celle où je me trouve maintenant. Un monsieur derrière moi râle parce que je suis passée avant lui – je l’ai fait en toute légitimité, j’étais devant lui dans la queu, quand même ! – alors, j’appelle la dernière personne de l’autre queue, une personne quelque peu âgée et lui dis que si elle veut passer avant moi, puisqu’elle était avant moi dans la queue, elle peut passer. Elle dit oui et vient. Le monsieur de derrière me demande pourquoi je fais cela et dit que ce n’est pas normal. Je lui dis que la dame était avant nous dans la queue et que si cela avait été lui, il aurait été content. Il a répondu, oui, d’accord. J’ai raconté l’affaire à une amie qui m’a dit que j’étais stricte. Je ne fais que penser aux autres. C’est tout.

Autre petite aventure et délicieux commentaire d’un vendeur. Une jeune femme prend deux fruits, les pèse, presse où il faut et le ticket avec le prix sort. Elle le prend, le regarde, pèse à nouveau un seul fruit, prend le nouveau ticket, colle l’ancien contre l’appareil et s’en va. Je lui dis que c’est moche pour les employés, qu’elle peut reprendre le ticket et le donner à la caisse ou le mettre dans un petit récipient en bas de l’appareil. Elle ne dit rien mais se baisse et colle le ticket au bas du meuble. Je lui dis que cela ne va pas, qu’elle ne pense pas aux autres. Elle fait semblant de rien entendre et s’en va. Je prends le ticket – priant pour qu’elle se soit lavé les mains en entrant au magasin – et le mets au bon endroit. Je vois un jeune vendeur et lui raconte l’affaire. C’est ici que vient le délicieux commentaire : tout le monde n’a pas de la lumière à tous les étages ! C’est très joli, plein de poésie et de sagesse.

Pour laisser un commentaire, deux façons de procéder :

  • directement par courriel (voir contact sur ma page d’accueil) ;
  • si vous avez une plateforme WordPress, vous pouvez facilement l’insérer au bas de cette page.

Liens vers :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s