Des pieds en période de Noël

Je croise une ancienne élève à la Migros, elle a une jolie décoration de Noël sur la tête, on se salue avec chaleur et elle comprend que je lui fais un compliment.

Le hasard, ce compagnon qui se présente quand je ne l’attends pas, fait que mon ancienne élève se trouve devant moi à la sortie du magasin. J’ai une vue d’ensemble et remarque ses chaussures, en fait ce sont les chaussettes qui font tout le charme. Elle me dit qu’il fallait mettre un peu de couleur à Noël.

Photos. Je lui demande si elle est d’accord pour que je prenne ses pieds en photo. Elle accepte de bonne grâce. Le problème en ville, comme déjà mentionné dans d’autres articles du même genre, c’est que les trottoirs et rues de la ville sont pleines de taches, de chicklette, de plein de choses. Nous nous sommes rabattues sur l’entrée d’un magasin.

Du goût. Il faut féliciter cette jeune personne pour son goût et pour ne pas céder à ce que tout le monde porte ou fait. Cela s’appelle avoir de la personnalité, avoir confiance en soi et c’est précieux. Je célèbre ce genre de choses !

Liens vers des articles similaires :

Zully photographie des jambes.4 – un homme

Quand on va au marché de la ville, on a des surprises. Je regarde par terre, agrandis mon champ de vision et tombe sur deux chaussures absolument remarquables. Je demande au propriétaire si je peux les prendre en photo et, très élégamment, il accepte. C’est un plasir de savoir que des chaussures élégantes sont portées par un homme aux manières élégantes !

  • Quelles belles chaussures vous avez !
  • Merci, je trouve qu’il faut faire un effort. Je vois peu d’hommes élégants ici (le propriétaire des chaussures a un accent étranger). J’ai vu quelques hommes élégants à Paris, mais surtout à Florence.
  • C’est vrai, l’élégance se perd. Avant, lorsque j’allais à Paris, on reconnaissait tout de suite les Parisiennes. Aujourd’hui, les jeunes ont une mode…
    • Nous sommes interrompus par l’un des vendeurs du marché qui n’arrive pas à croire que ma demande au sujet de la photo des chaussures se soit transformée en une séance-photo. De toutes façons, j’étais pressée et devais partir. C’est maintenant que je fais la composition que je me dis que j’aurais encore pu prendre telle ou telle photo…

Liens vers :

Zully photographie des jambes.3 – Deux ados.

Je rentre après avoir donné mon dernier spectacle intimiste de danse et je vois deux jolies jambes… Ni une ni deux, je demande si je peux les photographier et la jeune fille accepte. Sa copine participe aux poses et finalement, je les prends toutes les deux. Malheureusement, elles avaient rendez-vous et ont dû partir. Mais, elles ont ma carte et on devrait se revoir. Je me réjouis, car le courant était passé.

Arrivée à la maison, je prends mes photos et m’aperçois que je me suis focalisée sur les jambes et que le sol est… plein de taches, de chiclets, de cigarettes, bref, il dépare avec les jolies jambes. J’ai dû faire un montage. Voici ce que cela donne.

Deux genres bien différents et pourtant ils vont bien ensemble !

La photo et le français. Ce qui est passionnant dans ma vie c’est que les domaines qui m’intéressent se recoupent. Dans le cas présent, je vérifie l’orthographe du mot « chiclet, chiclette » et vois que le mot existe en Belgique et en Suisse, mais pas en France. En France, on accepte « chewing-gum ». Je me dis que c’est un mot plus américain que français. En France, toujours, on accepte « gomme à mâcher parfumée », je trouve l’expression tellement jolie que je ne peux l’associer aux vilaines taches qu’on trouve par terre. Ce produit qui dessert la digestion n’est pas coupable de se trouver par terre, se sont les « mâcheurs » qui jettent la chose après usage sans aucune élégance !

Liens vers :

Zully photographie des jambes.2

Voilà que je me trouve en ville pour quelques instants et je vois une dame, Christelle, qui bouge ses jambes au bout des quelles elle porte de magnifiques chaussures. Je dis au bout, car ses jambes sont longues et très minces. Une beauté !

J’hésite, puis lui demande si je peux photographier ses pieds. Elle s’y prête volontiers, bien qu’elle n’ait que très peu de temps. Je me dépêche.

Ce n’est pas la première photo, mais c’est la seule où l’on peut apprécier la finesse de la jambe qui va si bien avec ces chaussures. Le fait est que Christelle portait des jeans à la mode, soit déchirés, et que je trouvais que l’élégance du corps et des chaussures n’allait pas ensemble avec cette « mode ».

Pieds fins dans chaussures fines.

Je m’amuse à multiplier les pies

La fontaine de la Justice est devenue la fontaine des la balance de la beauté de pieds chaussés et le pillier est soutenu par des chaussures…

J’espère revoir Christelle pour finir de lui prendre des photos !

Pour laisser un commentaire, deux façons de procéder :

  • directement par courriel (voir contact sur ma page d’accueil) ;
  • si vous avez une plateforme WordPress, vous pouvez facilement l’insérer au bas de cette page.

LIens vers :

Zully photographe pour le plaisir de faire des montages…

C’est lors de l’inauguration de la rénovation de l’Hôtel de Ville de Neuchâtel que j’ai pris des photos, certaines sans avoir vraiment de raison et d’autres pour la beauté de la chose. Puis, les choses prennent forme et cela donne, avec Knut, notre photographe attitré ceci :

C’est vrai, Knut passe assez inaperçu malgré son 1,90 et quelques centimètres de hauteur. Il réussit à se fondre dans le paysage. Ici, c’est David de Pury qui le constate dans son tableau suspendu à l’Hôtel de Ville de Neuchâtel.
Cette photo peut donc s’appeler David et Knut ou Knut et David.
Cette photo est prise dans le passage entre PKZ et le Temple-du-Bas, Neuchâtel.
Knut m’a dit qu’il vaudrait mieux avoir une veste en Gore-Tex si je voulais l’accompagner tôt le matin pour faire des photos. J’ai aimé le mot et il va bien à Knut. Il faut prononcer à la « rrrrussse », avec un accent sur la prmière syllabe – en plus le « o » est une sorte de « ouo » et là… le camarade apparaît !

Je fais des montages pour un article et me dis que les photos utilisées peuvent aussi venir ici.

Le montage illustre le fait que des éléments épars se lient les uns les autres pour former la toile de ma vie.
Ici, des événements liés en attirent d’autres, un monde en attire d’autres.

Commentaire, deux façons de procéder :

  • directement par courriel (voir contact sur ma page d’accueil) ;
  • si vous avez une plateforme WordPress, vous pouvez facilement ajouter un commentaire.

Zully photographie des jambes

Le corps en général dit bien des choses sur les gens. J’ai une section destinée aux mains, cette fois-ci, ce sont des jambes, des chaussures, des pieds qui m’inspirent. Je devrais me promener, tout comme notre ami Knut, avec un appareil photo dans les mains. Heureusement que la qualité des photos prises avec un téléphone portable s’est bien améliorée.

Premier échantillon

Je vais au rendez-vous

Je me demande si je ne tourne pas en rond...

J’avais vu à un cours une jolie fille dont les jambes étaient particulières. Ensuite, ce sont mes mains qui ont trouvé le maquillage qui me permettrait de faire le montage qui suit :

Je vais partout où je peux !

Les mêmes jambes sous un autre aspect.

Une autre paire de… jambes :

.

Je prends le thé

Oui ?

Ah !

Je crois bien que je m’en vais.

Liens vers :