L’entreprise Bastide et mes rangements à la « Cave perdue », mon studio de danse. Commerce au centre-ville.10

Je me demande si l’un des leitmotivs de ma vie n’est pas « rangements ». J’ai toujours aimé ranger, par tailles, par couleurs, par thème. Et ce, depuis que je suis enfant.

Normalement, j’attends la fin de la saison de printemps pour faire les grands nettoyages et refaire des rangements dans mon studio. Cette année, sorte de suite de la pandémie, ma vie est passablement bousculée et j’ai commencé à faire non seulement des rangements mais aussi à des changements depuis un moment. J’aurais voulu suspendre une barre à un mur et je ne savais comment faire. Bon, je savais ce qu’il fallait faire, mais je ne savais pas le faire. L’année passée, un travailleur qui avait affaire dans le coin m’a promis de le faire… J’attends toujours.

Aujourd’hui, je sors de mon studio et vois deux jeunes travailleurs en train de finir d’installer une fenêtre dans une maison avoisinante ; c’est la maison de feu le bijoutier Robert et de sa femme Liliane que j’ai bien connus. Je vois la minutie avec laquelle ils font leur travail. Je ne peux m’empêcher de les féliciter. Je leur dis combien leur façon de faire devrait aussi être celle des politiciens et autres décideurs. En effet, leur fenêtre doit bien s’encadrer, se marier avec les matériaux de la maison, s’ouvrir et fermer sans problème, laisser entrer la lumière, résister aux orages et encore d’autres choses que j’ignore. On est d’accord.

Facchinetti. Je dis encore que j’ai écrit des articles sur l’entreprise Facchinetti. L’un d’eux me demande si je ne veux pas écrire sur une jeune entreprise comme la sienne et il me montre des photos de travaux faits. Ce sont des travaux haut de gamme. Cela m’intéresse et comme l’entreprise n’a pas encore de plateforme, je me propose pour donner un coup de main pour le français et la plateforme en général. Il me donne sa carte de visite. Pour le moment, ce que je sais c’est que le jeune patron, Sébastien Bastide, vient du sud de la France et que l’entreprise est sise à la rue de la Serre 3 ; j’ai habité au no 1 à mon arrivée à Neuchâtel. Si on enlève les dimensions temporelles, on peut dire qu’on est voisins !

C’est clair, c’est élégant. Il n’y a rien à ajouter.

Tout cela me fait plaisir et je passe mon chemin. Tout à coup, une idée atterrit dans mon cerveau et je reviens sur mes pas :

  • Avez-vous une perceuse à percussion ?
  • Oui, répondent-ils. Vous en auriez besoin ?
  • J’aurais deux trous à faire au mur.

En quelques minutes : le collaborateur de S.Bastide, Marco Turnaturi, vient regarder, pose deux questions, va dans son camion et arrive avec sa perceuse à percussion, passablement silencieuse – par ailleurs, des vis et des tampons.

En passant : vous voyez sa coupe de cheveux ? Les coiffeurs pour hommes doivent avoir bien du plaisir à faire des coupes en tout genre pour les générations actuelles. Auparavant c’était l’apanage des femmes. Maintenant, ce sont les hommes qui ont des coupes plus étudiées. J’admire !

Fin du travail au studio. Le travailleur se lève et dit qu’il va ramasser la poussière causée par la perceuse. Je me dis que je ne me suis pas trompée ; il prend vraiment soin de tout ! Je le rassure et lui dis que je vais m’en occuper. Je suis ravie du travail fait si rapidement et si bien. Nous plaçons la barre qui doit être contente d’avoir trouvé une place plus convenable que le sol ! C’est ce que je me dis, car cette barre a aidé plein d’élèves à faire des exercices et se trouvait depuis passablement de temps par terre… Je me dis que si j’avais été la barre, j’aurais trouvé que j’étais mal récompensée pour mes services. Bon, maintenant, grâce à l’Entreprise Bastide, nous avons une barre contente !

Nous avons une maison contente, avec une nouvelle fenêtre, et un studio avec un nouvel élément en bonne place !

Happy end ! On le sait, j’aime la langue française, mais ici c’est une sorte de conte de fées dans les sens que la solution à un problème – barre au sol – m’est pour ainsi dire tombée du ciel et ce, grâce à une entreprise locale. Chaque fois que je résous une affaire dans mon environnement, c’est comme si je résolvais quelque chose en moi. Je passe par une période, comme je le disais au début de l’article, où je procède à des changements dans mon monde extérieur et en général cela annonce une nouvelle étape dans ma vie. On verra. En tous les cas, je remercie l’Entreprise Bastide qui est dans la lignée des travailleurs de chez Facchinetti qui ont fait des travaux dans mon studio.

Le commerce local. Je me bats pour le commerce au centre-ville, pour un commerce local et pour la préservation des emplois. C’est un sujet qui fait partie de mon ADN. Le premier article écrit sur le sujet est celui dédié au magasin d’arts ménagers de feu M. Vautravers. M. Vautravers n’a jamais fait d’entorse à la qualité de ses articles et l’Entreprise Bastide est sur cette voie !

Commentaire, deux façons de procéder :

  • directement par courriel (voir contact sur ma page d’accueil) ;
  • si vous avez une plateforme WordPress, vous pouvez facilement ajouter un commentaire.

Liens vers :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s