L’enseignement de la danse et la lecture partagée avec les élèves…

Il arrive que mes élèves et moi lisions les mêmes auteurs, les mêmes livres. Cette fois-ci, la nouvelle petite élève de cinq ans et qui parle russe, m’a amené un livre sur l’anatomie. Il se trouve que l’anatomie est l’un de nos sujets de discussion et elle était très fière de me montrer son livre. Je l’ai trouvé intéressant et  ai commandé la version en français. Comme cela, nous pouvons faire des parallèles et comparer les traductions.

C’est ainsi que selon la langue, le titre change :

  • Original, langue anglaise : Look inside your body ;
  • Traduction française : Le corps humain :
  • Traduction russe : Секреты Человека (Les secrets de l’être humain).

C’est intéressant de voir combien un titre varie en fonction du public, de la culture. C’est l’occasion de faire voir aux élèves qu’une même chose peut être vue différemment.

Diapositive2
Diapositive3
On voit les images avec des rabats sous lesquels on trouve des explications supplémentaires. C’est très bien fait.
Diapositive3
Version en russe

En ce qui concerne mon élève de 15 ans, nous discutons de la vie, des choses qui nous arrivent, du pourquoi elles nous arrivent, de ce que nous pouvons y faire ou pas. Qu’est-ce que la conscience, le Soi (au sens jungien) ? Comment avoir confiance en soi ? Qu’est-ce que la vibration de la matière, de nos particules ? Qu’est-ce que le rayonnement de chacun ?

Ainsi, l’autre jour, je reçois mon élève dans mon studio par la lecture d’un passage du livre « Le hasard n’existe pas » de Karl Otto Schmidt. Elle a dit que c’était justement un thème qu’elle venait de traiter à l’école et que cela l’intéresserait de lire le livre. Le hasard, ce fameux hasard qui n’existe pas, a voulu qu’elle ait assez d’argent pour aller tout de suite chez le libraire Payot et puisse s’acheter le livre.

Lors de la leçon suivante, elle m’a dit que si au début elle avait pensé que l’auteur racontait ses propres « trucs », elle commençait à le trouver intéressant. Voici le livre en question :

Diapositive4

L’autre livre qu’elle est en train de lire est le suivant :

Exemplaire que l’auteur m’a offert.

Mon élève trouve que les jeux de mots que Pierre utilise, invente, sont excellents ! La chance nous a souri et quelques mois plus tard, Pierre est venu à Neuchâtel présenter l’une de ses conférences. Nous y avons été invitées et maintenant, mon élève a son propre exemplaire.

Racontant à mon élève que mon ami avait été un admirateur inconditionnel de l’écrivain, journaliste et humoriste français Alphonse Allais et que j’avais été heureusement surprise de voir que Pierre Cleitman l’avait cité dans l’une de ses conférences, elle me demande de lui dire deux mots sur lui. Je lui dis qu’il avait beaucoup d’humour, humour un peu absurde, qu’il avait vécu dans la seconde moitié du xixe siècle (note en bas de page au sujet de l’écriture des siècles), qu’il avait été un très grand connaisseur de la langue française et qu’il est considéré comme l’un des plus grands conteurs de notre langue. Il ne lui en a pas fallu plus, elle aime ce genre et m’a demandé de lui prêter les livres de mon ami !

Le père de mon élève a hérité de la bibliothèque de son oncle qui avait été chimiste et un homme fort cultivé. L’autre jour, elle m’a dit qu’elle ne choisissait pas seulement des livres pour le titre ou l’extérieur, qu’elle était curieuse de savoir ce que certains livres avec des couvertures « vieilles » contenaient. C’est ainsi qu’elle est tombée sur » La Philosophie de Newton » par Léon Bloch. Or, quelques jours auparavant, j’avais lu des paragraphes sur la philosophie de Newton dans un livre que je révisais. Il m’a semblé que Newton me faisait signe et mon élève me l’a prêté !

Diapositive6
Le dos du livre »La Philosophie de Newton »

En fait de « vieille » couverture, il s’agit d’un ouvrage édité par Félix Alcan à Paris en 1908. L’oncle de mon élève a dû le faire relier, le livre est en parfait état ! Il n’a rien de « vieux » dans mon sens à moi.  La plupart des chapitres traitent d’algèbre et de mécanique, mais il y en a deux qui m’intéressent :

  1. Les idées métaphysiques de Newton;
  2. Voltaire et Newton.

Je remercie le grand-oncle de mon élève d’avoir pensé à moi sans le savoir ! Bien que peut-être qu’il le savait… Le temps est une drôle d’histoire.

Note : les siècles s’écrivent en petites capitales, mais cette plateforme ne les reconnaît pas.

Commentaire, deux façons de procéder :

  • directement par courriel (voir contact sur ma page d’accueil) ;
  • si vous avez une plateforme WordPress, vous pouvez facilement ajouter un commentaire.

Danse classique pour adultes

J’ai été étonnée, il y a quelques mois, d’entendre une jeune femme me dire qu’elle aurait toujours voulu faire de la danse classique et qu’elle voudrait en faire à son âge, soit la trentaine. Peu de jours après, une autre jeune femme m’approche pour me dire la même chose.

Le monde a continué de tourner et voilà que désirant participer au programme « Midi Tonus », organisé par les autorités de Neuchâtel, les organisateurs me proposent de donner un cours de danse classique pour adultes. J’ai quelques jours pour y réfléchir.

La chance veut que j’aie créé pour mon élève de 15 ans un genre que je peux adapter à des adultes. J’ai donc créé un cours de danse classique revisitée. Bon, je ne l’ai pas sorti d’un chapeau, il y a de l’expérience derrière et bien des danseurs que j’ai connus ont adapté le style à leur âge ou se sont adaptés à ce qu’ils pouvaient faire. Je suis dans ce cas aussi et j’ai une immense joie à faire ce que je fais. Ce sont donc des choses que j’ai vues, que j’ai vécues et qui n’attendaient que le moment pour voir le jour.

Alors, oui, c’est une danse classique revisitée, car cette danse qui a des règles très précises et qui permet au corps de s’exprimer d’une façon harmonieuse peut s’apprendre ou être reprise après une longue pause d’une autre façon. En effet, un mouvement n’a de sens que si on y met de la conscience. Pour cela, on fera appel à l’anatomie, aux méridiens, aux symboles, à la visualisation. Ainsi, un port de bras, par exemple, peut être vécu de différentes façons. C’est étonnant de remarquer que certains pas entrent tout à fait dans le code de l’énergétique chinoise. Bien des fois, j’ai pensé qu’un « initié » était à la base de la danse classique !

L’avantage des adultes, c’est que le désir de faire est fort, que la conscience est là et que la maturité accompagne les mouvements. La courte expérience que je viens d’avoir me permet de dire que c’est possible, qu’on peut faire des choses très intéressantes et que le plaisir est là. Le mouvement est un reflet de la pensée ; on peut faire toute sorte de parallèles et la danse nous permet de voir la vie différemment, peut même nous aider à mieux comprendre certaines des situations que nous vivons.

Commentaire, deux façons de procéder :

  • directement par courriel (voir contact sur ma page d’accueil) ;
  • si vous avez une plateforme WordPress, vous pouvez facilement ajouter un commentaire.

Lien vers :

Révision de textes 3 : mon élève de danse de 15 ans

 Il n’y a pas si longtemps, mon élève parlait comme la plupart de ses copains… un français un peu limité et décoré de bien de fautes : mots, accords, grammaire, style. Les remarques à ce sujet n’ont pas très bien passé et j’ai dû laisser l’eau couler sous les ponts… pendant un certain temps.

Ce même temps a fait son oeuvre. Voilà que mon élève écrit des poèmes. Je viens de les lire et les trouve remarquables. Le hasard a fait que j’ai donné hier un « Atelier de mouvement du corps et de l’esprit » où interviennent de courts poèmes inspirés des haïkus (courts poèmes japonais liés à la nature). Ces poèmes ont un lien avec les événements de la vie et n’ont pas de but littéraire. Je les lui ai montrés et elle les a aimés ! Ce n’est pas rien. J’ai proposé à mon élève de publier sur ma plateforme ses poèmes et elle a été ravie. « Du coup », comme elle dit, je publie les siens et les miens.

Voici quatre des miens :

Diapositive13
Diapositive14

Mon élève : son poème « Comptine » est écrit sur deux diapositives.

Diapositive7
Diapositive8

Mon élève : son autre poème « Mireille a le bout du nez rouge » est également écrit sur deux diapositives.

Diapositive09
Diapositive10

On ne peut qu’admirer !

Commentaire, deux façons de procéder :

  • directement par courriel (voir contact sur ma page d’accueil) ;
  • si vous avez une plateforme WordPress, vous pouvez facilement ajouter un commentaire.

Voir également :

Réflexions diverses – philosophie

Les sujets sont variés, dans cette rubrique, mais ce sont des sortes de chapitres du livre de ma vie, du monde de Zully.

Voici les liens vers les articles :

Commentaire, deux façons de procéder :

  • directement par courriel (voir contact sur ma page d’accueil) ;
  • si vous avez une plateforme WordPress, vous pouvez facilement ajouter un commentaire.

Ma chère banque… chère

De ma chère banque, je ne sais plus que dire qu’elle est chère !

Mes affaires professionnelles ne m’avaient jamais permis d’avoir un compte régulier en banque. Je n’ai pas non plus eu un compte irrégulier ! Mais le compte normal ou courant était un compte qui devait avoir mensuellement une somme au-dessus d’un certain plancher et sur lequel la banque percevait des frais. Alors, je me suis cantonnée dans un compte épargne qui me satisfaisait. Le taux d’intérêt était plus bas, mais cela ne me gênait pas.

Puis la chère banque a eu des ennuis avec les subprimes aux USA, de sérieux ennuis et ses liquidités ont quelque peu diminué. Mais, elle a reçu de l’aide. Il faut que je révise l’affaire afin d’être précise. Il ne faut jamais s’avancer à découvert sur un terrain inconnu, difficile…

Bref, l’année passée, la chère banque qui n’est plus qu’une banque chère m’a envoyé une lettre très claire, à défaut d’être tendre, pour confirmer que je pouvais garder mon compte épargne mais que je serais limitée à trois retraits sans frais par année et que si j’en faisais davantage, ils coûteraient Fr. 15.- chacun… Ou alors, je passais à un compte courant et là, je devrais payer les frais normaux. Ne possédant pas encore une fortune, je ne voyais pas comment j’allais pouvoir payer mes frais mensuels en seulement trois retraits annuels du compte épargne. Dire à ceux qui me versaient de l’argent de venir l’apporter chez moi… n’était pas réaliste du tout. J’ai donc dû me plier, exactement comme on plie quelque chose qu’on met dans une petite boîte…

Puis, j’ai reçu des documents bancaires mensuels qui me donnaient l’état du compte et pour lesquels la banque me prélevait 5.- à chaque fois si j’avais une certaine somme minimale et Fr. 7.- si j’étais en dessous. Il est normal de taxer plus ceux qui ont moins ! C’est mathématiquement élémentaire !

Au bout d’une année, je me suis dit que j’avais fait cadeau d’assez, de trop ! d’argent à la banque et que je n’avais pas besoin de ces papiers pour le peu de mouvements que j’avais sur mon compte. Je suis passée à l’e-banking. On aurait tort de penser que puisqu’il n’y a plus de papier, cela ne coûte rien… Non, c’est un service et il coûte Fr. 3.- mensuels.  La banque aurait pu m’avertir qu’il y avait deux services…

Autre surprise de ma banque chère : le personnel qui se trouve au guichet bancaire est là depuis des années et j’ai du plaisir à passer au guichet pour le saluer et retirer chez eux de l’argent plutôt qu’au bancomat. J’aime bien discuter de choses et d’autres. Je viens d’apprendre que si j’y vais pour des opérations que je pourrais aisément faire au bancomat, je dois payer Fr. 2.- par opération… Ma banque… Je ne peux plus dire que c’est « ma » banque, elle devient une banque qui supprime des emplois. Je crois bien que je vais retourner sur les bancs de l’université pour écouter les cours d’économie dont la logique rentable est en train de l’emporter sur celle de service à la communauté… Cela me fait froid dans le dos !

****

Commentaire, deux façons de procéder :

  • directement par courriel (voir contact sur ma page d’accueil) ;
  • si vous avez une plateforme WordPress, vous pouvez facilement ajouter un commentaire.

Retour à Réflexions diverses

Questions sociales

La vie sociale… je m’interroge bien des fois sur le sens et la valeur qu’on lui accorde. Nous vivons une période de grand changement, c’est vrai, mais nous sommes tous des acteurs et on devrait agir avec conscience – nos actes ont tous une répercussion – et en ayant une vue à long terme. Voici les liens vers les articles de cette rubrique qui concerne, en grande majorité, le commerce au centre-ville de Neuchâtel :

Commentaire, deux façons de procéder :

  • directement par courriel (voir contact sur ma page d’accueil) ;
  • si vous avez une plateforme WordPress, vous pouvez facilement ajouter un commentaire.